- GABONACTU.COM - https://www.gabonactu.com -

Petite liste des principales recommandations du dialogue citoyen

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Les participants à la phase citoyenne du dialogue national ont fait une multitude de propositions dont les principales concernent la refonte des institutions et la modification de la constitution.

 

Les participants ont unanimement suggéré de revenir à la constitution de 1991 adoptée après la conférence nationale de mars et avril 1990. Ils ont également proposé le déchargement de toutes autres fonctions civiles et administratives rattachées au Président de la République, comme l’Agence nationale des grands travaux et des infrastructures (ANGTI) et la Présidence du Conseil supérieur de la magistrature ;

L’adoption du scrutin présidentiel à deux tours, avec un mandat renouvelable une fois ;

Le nettoyage du fichier électoral, avec le retrait des doublons et autres irrégularités observées ;

Une Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) transformée en commission périodique et indépendante composée à parité fixe par la majorité, l’opposition et la société civile ;

Le plafonnement des dépenses de campagne, avec la déclaration de patrimoine pour chaque candidat à l’élection présidentielle ;

Le respect de la parité homme, femme et jeune au sein du Conseil national de la démocratie (CND);

La révision de l’article 84 de la loi 47/2010 pour donner la possibilité à tout citoyen de saisir par voie d’exception la Cour constitutionnelle ;

La création dans chaque province d’une Cour d’appel et dans chaque département d’un tribunal de première instance.

Cette liste n’est pas exhaustive.

Patrick Ango

 

Partagez à votre réseau d'amis
0

Clôture du dialogue citoyen à Libreville

Posted By Modérateur On In Politique | No Comments

Photo de famille après la cérémonie de clôture @ Gabonactu.com

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet a présidé mercredi à Libreville la cérémonie de clôture de la phase citoyenne du dialogue national convoqué par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba pour réconcilier les gabonais profondément divisés après le scrutin présidentiel du 27 août 2016 dont la victoire est toujours revendiquée par Jean Ping alors que les résultats officiels donnent Ali Bongo vainqueur.

 

La cérémonie de clôture a été marquée par la remise au comité d’organisation du rapport élaboré par les quatre panels du dialogue citoyen. Dans l’ensemble, les 4 69 représentants de la société civile ont fait de très nombreuses propositions dont les plus remarquables concernent la refonte des institutions et une nouvelle gouvernance du pays.

 

Les participants ont notamment proposé le déchargement de toutes autres fonctions civiles et administratives rattachées au Président de la République, comme l’Agence nationale des grands travaux et des infrastructures (ANGTI) et la Présidence du Conseil supérieur de la magistrature ;

L’adoption du scrutin présidentiel à deux tours, avec un mandat renouvelable une fois ;

Le nettoyage du fichier électoral, avec le retrait des doublons et autres irrégularités observées ;

Une Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) transformée en commission périodique et indépendante composée à parité fixe par la majorité, l’opposition et la société civile ;

Le plafonnement des dépenses de campagne, avec la déclaration de patrimoine pour chaque candidat à l’élection présidentielle ;

Le respect de la parité homme, femme et jeune au sein du Conseil national de la démocratie (CND);

La révision de l’article 84 de la loi 47/2010 pour donner la possibilité à tout citoyen de saisir par voie d’exception la Cour constitutionnelle ;

La création dans chaque province d’une Cour d’appel et dans chaque département d’un tribunal de première instance ;

Selon Hubert Aimé Koumba, Co-président panel 1, dans le but de promouvoir l’alternance, la majorité des panelistes a proposé le retour à la constitution de 1991 qui stipulait que le Président de la République était élu à deux tours pour un mandat de 5 ans.

 

Bien avant la clôture de cette phase citoyenne du dialogue, Francis Nkea, ministre d’Etat, Chargé du dialogue politique, a dans une conférence de presse  lundi dernier au stade l’amitié sino gabonaise présenté un bilan positif du déroulement de cette première phase au regard de la qualité des propositions faites par les participants.

 

La phase politique du dialogue sera lancée le 18 avril. Elle regroupera environ 160 représentants des partis politiques qui feront des nouvelles propositions de refontes des  institutions, de la commission électorale et bien d’autres.

La clôture officielle du dialogue est prévue le 10 mai. Une institution de suivi des résolutions du dialogue sera mise en place. Elle sera composée de façon paritaire entre la majorité, l’opposition et si possible la société civile.

Patrick Ango

Partagez à votre réseau d'amis
0

La clôture du dialogue citoyen finalement repoussée au mercredi

Posted By Modérateur On In Politique | No Comments

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le ministre d’Etat chargé des Relations avec les institutions, Francis Nkéa coordonnateur du dialogue national a annoncé lundi dans une conférence de presse à Libreville que la clôture officielle du dialogue citoyen officiellement prévue ce lundi a été à nouveau repoussée au mercredi 12 avril prochain.

 

Le ministre ne s’est pas étendu sur les raisons de ce nouveau report. Selon le chronogramme officiel cette clôture devait initialement avoir lieu le 6 avril. Les organisateurs ont évoqué une forte participation des ONG, associations et confessions religieuses pour justifier le report  de la clôture au 10 avril.

 

Dans sa  conférence de presse de ce lundi, Me Nkea a expliqué que la cérémonie de clôture du dialogue citoyen mercredi prochain sera marquée par une plénière à l’issue de laquelle les rapports des quatre panels du dialogue citoyen seront remis au comité d’organisation.

 

Le dialogue politique quant à lui démarrera finalement le 18 avril toujours au stade de l’Amitié sino-gabonaise d’Angondje. Le ministre a précisé que les travaux du dialogue politique se dérouleront de 14 heures à 20 heures probablement pour limiter les absences au travail.

 

Comme le dialogue citoyen, les participants au dialogue politique seront répartis dans 4 panels. La date prévisionnelle de la clôture de ce dialogue reste maintenue au 10 mai prochain. Il regroupera 160 acteurs politiques de l’opposition et de la majorité. Les quatre thématiques du dialogue politique sont : ‘La réforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit’, ‘Les réformes électorales’, ‘La modernisation de la vie publique’ et ‘La consolidation de la paix et la cohésion nationale’.

 

Le dialogue national a été convoqué par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba pour réconcilier les gabonais profondément déchirés au lendemain de sa réélection très contestée par l’opposition incarnée par Jean Ping qui se considère jusqu’à ce jour comme le président élu par les gabonais au lendemain du scrutin présidentiel du 27 août 2016.

 

Jean Ping et plusieurs cadres politiques proches de lui ont rejeté l’offre de participation à ce dialogue. On rappelle que Ping avait organisé son propre dialogue en décembre 2016.

Martin Safou

Partagez à votre réseau d'amis
0

Aucun gabonais d’adoption ou naturalisé ne sera candidat à une élection présidentielle

Posted By Modérateur On In Dossier,Politique | No Comments

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Les délégués des ONG, associations et confessions religieuses qui participent à la phase citoyen du dialogue national qui se déroule dans les annexes du stade de l’Amitié sino-gabonaise se livrent une folle course aux propositions inédites.

 

Dans le panel 1 chargé de la réforme des institutions, plusieurs panélistes ont suggéré qu’aucun gabonais d’adoption ou naturalisé ne soit candidat à une élection présidentielle. « Pas même ses descendants », ont-ils insisté.

 

Cette disposition épargnerait le pays du débat qui a surgi à la veille de l’élection présidentielle du 27 août 2016 durant laquelle, le président sortant était accusé d’être un enfant adoptif du président Omar Bongo Ondimba, ce que l’intéressé et sa famille ont rejeté en bloc.

 

Certains panélistes ont suggéré la suppression du Sénat et de la Vice-présidence de la République. Ils estiment que ces deux institutions n’apportent aucune plus-value au Gabon.

 

« Ali Bongo Ondimba dirige le Gabon depuis plus de 7 ans sans vice-président et cela ne change rien », a justifié un partisan de la suppression de ces institutions.

 

Les 200 membres de ce panel sont quasiment unanimes sur la limitation du mandat présidentiel à deux. C’est-à-dire 5 ans renouvelables une seule fois. Selon la constitution actuelle, le président de la République est élu pour un mandat de 7ans renouvelable.

 

Les panélistes ont approuvé également le retour aux élections politiques à deux tours au lieu d’un seul comme maintenant.

 

Les décisions finales sur toutes ces suggestions seront consignées dans le rapport du panel. Celui-ci sera soumis au bureau du comité d’organisation du dialogue co-présidé par Faustin Boukoubi (majorité) et René Ndemezo’o Obiang (opposition).

 

« Les contributions des acteurs de la société civile seront compilées, synthétisées et transmises au Bureau des assises pour que ces éléments soient partagés avec les participants à la phase politique qui pourront ainsi s’appuyer sur ces contributions », rappellent les organisateurs dans un communiqué.

Antoine Relaxe

Partagez à votre réseau d'amis
0