PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Zacharie Myboto veut aller en prison avec sa fille Chantal Myboto Gondjout

Zacharie Myboto veut aller en prison avec sa fille Chantal Myboto Gondjout

Zacharie Myboto et sa fille Chantal Myboto Gondjout après le point de presse @ Facebook  Jean Pierre Rougou

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le président de l’Union nationale, Zacharie Myboto, a dans un point de presse mardi au siège de son parti, déclaré qu’il est solidaire de sa fille, Chantal Myboto Gondjout, objet d’un harcèlement judiciaire pour avoir affirmé dans une conférence de presse le 19 mars dernier que la filiation du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et son père Omar Bongo Ondimba était douteuse.

 

« Je suis solidaire de ma fille Mme Chantal Myboto Gondjout. Aussi ai-je décidé de me présenter devant le tribunal à ses côtés pour être jugé du même fameux délit qu’elle », a déclaré Zacharie Myboto.

 

« Ayant moi-même, à plusieurs reprises, déclaré que M. Ali Bongo Ondimba détenant de faux papiers était un faussaire et ne pouvait de ce fait être candidat à l’élection présidentielle, en application des dispositions de l’article 10 de la Constitution », justifie l’homme qui s’est opposé à Omar Bongo puis à Ali Bongo.

 

« Je demande en conséquence à M. Ali Bongo Ondimba qui a porté personnellement plainte devant le tribunal de première instance de Libreville de venir à l’audience muni de son acte de naissance, le vrai, et de ne pas se murer derrière sa fonction en l’utilisant comme prétexte pour ne pas se présenter », a exigé Zacharie Myboto.

 

L’ancien tout puissant ministre d’Etat durant des décennies sous Omar Bongo affirme être l’objet « de traitement ignoble et haineux, matérialisé notamment par des articles de presse orduriers dans les journaux sous contrôle de la présidence de la République, par le harcèlement économique avec la fermeture de la résidence hôtelière le Maïsha, par des propos calomnieux et mensongers, des menaces et intimidations ».

Photo @ facebook Marcel Djabio
Photo @ facebook Marcel Djabio

« Nous sommes alors choqués qu’à la suite de la déclaration de Mme Chantal Myboto Gondjout, le 19 mars 2016, pour répondre à l’intervention pleine d’arrogance et de mensonges de Me Dumont-Beghi sur la chaîne publique Gabon Télévisions, M. Ali Bongo Ondimba, arguant de sa fonction à la tête de l’Etat, porte plainte contre elle pour diffamation sur un sujet aussi vulgaire que la situation administrative de ce dernier, sujet traité partout en privé ou en public, au Gabon comme à l’extérieur, dans la presse écrite, audiovisuelle et en ligne », a expliqué Zacharie Myboto pour justifier sa décision d’aller se faire juger au tribunal en compagnie de sa fille.

 

Convoquée au B2, Chantal Myboto n’aurait jamais honoré une seule convocation. Son hôtel de luxe, Le Maïsha demeure fermé depuis plusieurs mois déjà. L’administration fiscale réclame 7 milliards de FCFA d’arriérés d’impôts. Chantal Myboto Gondjout n’a jamais payé d’impôts depuis l’ouverture de cet hôtel depuis 17 ans, selon la Direction générale des impôts (DGI).

 

Pour les partisans de Chantal Myboto Gondjout, c’est sa conférence de presse du 19 mars dernier qui lui vaut toutes ces tracasseries. L’ex puissante conseillère d’Omar Bongo avait, à cette occasion, tiré à boulet rouge contre Ali Bongo l’accusant de ne pas être le fils d’Omar Bongo et de vouloir faire du Gabon une monarchie. Des accusations qui n’auraient pas plu au palais qui a porté plainte pour diffamation.

Carl Nsitou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/zacharie-myboto-veut-aller-prison-fille-chantal-myboto-gondjout">
Twitter