PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La Vice-présidente du PSD donne une gifle historique à Jean Eyeghe Ndong

La Vice-présidente du PSD donne une gifle historique à Jean Eyeghe Ndong

Jean Eyeghe Ndong le 24 novembre à son QG de Nkembo © Gabonactu.com

Libreville, 25 novembre (Gabonactu.com) – Sandrine Nguemebé Endamane, Vice-présidente du Parti social démocrate (PSD) de l’actuel Vice-président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou, a dans un point de presse récent donné une leçon d’histoire à l’ancien Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong devenu l’un des principaux pourfendeurs de la Cour constitutionnelle qui a ajouté un nouvel alinéa à l’article 13 de la constitution.

 

La leçon de Mme Nguemebé Endamane est en fait une attaque en règle contre Jean Eyeghe Ndong pour n’avoir pas ouvert sa bouche lorsque la même Cour constitutionnelle avait opéré une modification similaire de la constitution suite à sa saisine après le décès du président Omar Bongo Ondimba.


 

« C’est sur saisine du Premier Ministre, donc Jean Eyeghe Ndong que la Cour Constitutionnelle a interprété et complété l’article 13 dont on se prévaut aujourd’hui. Monsieur Eyeghe Ndong n’a rien dit, rien fait et le voilà en train d’amuser la galerie comptant sur l’amnésie de tout un chacun », a rappelé la lieutenante de Maganga Moussavou.

 

« Monsieur Eyeghe Ndong par honnêteté intellectuelle aurait gagné à ne pas s’en prendre à la Présidente de la Cour Constitutionnelle encore moins en la personne de Marie Madeleine Mborantsuo », conseille-t-elle.

« A t- il oublié que sa saisine a permis à la Cour Constitutionnelle d’interpréter et de compléter l’Article 13 ! A-t- il oublié qu’il lui a donné la possibilité d’interpréter l’Article 13 de la Constitution qui était muette sur le rôle précis que devait jouer le Président du Sénat ! A-t- il oublié l’ancienne formulation de l’Article 13 et ses manquements qui ont donné lieu à une interprétation de ce même article ! », s’interroge-t-elle en s’adressant à l’ancien Premier ministre d’Omar Bongo Ondimba.

Sandrine Nguemebé Endamane conclu : « de tout ce qui précède, nous interpellons tous ceux qui accusent la Cour Constitutionnelle d’avoir outrepassé son devoir de se ressaisir et de saluer la continuité de L’État en l’absence du Chef de L’État, Son Excellence Ali Bongo Ondimba à qui nous souhaitons prompte guérison ».

Eudes Rinaldy

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

3 Commentaires

  1. Marthe Abessolo

    C’est ça une gifle historique? N’importe quoi! Dites au PSD de manger en silence. Le temps est le deuxième nom de Dieu. Qui vivra verra!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter