PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Je veux faire évoluer la CPG vers la performance (Alain Bâ Oumar)

Je veux faire évoluer la CPG vers la performance (Alain Bâ Oumar)

Alain Ba Oumar patron de IG Telecom sollicite le vote des membres de la CPG pour moderniser l’institution @ Gabonactu.com

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Candidat à l’élection, ce vendredi à Libreville, du président de la confédération patronale gabonaise (CPG, plus grand club des patrons d’entreprise au Gabon), Alain Bâ Oumar, 54 ans, dans une interview à cœur ouvert à  Gabonactu.com dans laquelle il a affiché une farouche détermination, s’est engagé à faire évoluer ce syndicat des patrons,  vieille de 60 ans vers, la performance. Interview à lire absolument !

 

Pourquoi la présidence de la CPG vous tente ?

 

Alain Ba Oumar : Je suis soutenu par un certain nombre de membres de la CPG pour tenter de faire évoluer notre organisation de Club de patrons vers un syndicat moderne, avec pour critère la performance au cœur de notre préoccupation et le souci d’apporter des résultats à nos membres ; ce qui n’est le cas actuellement et beaucoup de nos membres se sentent un peu perdus dans ce syndicat et ne voient pas les résultats qu’ils souhaitent obtenir de leur participation.

 

La CPG est une confédération syndicale. Cela veut dire qu’elle est un syndicat des syndicats, donc les entreprises qui y adhèrent viennent d’abord pour trouver des solutions aux difficultés auxquelles elles font face à travers le travail de lobbying que la CPG est sensée faire pour elles.

 

Quel est votre plan d’actions pour dynamiser cette confédération ?

 

Le premier point du plan d’actions est de moderniser la gouvernance de la CPG. A  plus de 60 ans, la CPG a une culture de club de patrons parce qu’elle fût créer à une époque où il n’y avait pas une grande concurrence. Aujourd’hui, elle doit se muer en un syndicat qui prend en compte sa diversité. Nous voudrons un bureau exécutif qui ne sera pas un simple cercle de collaborateurs du président du patronat. Nous voulons plutôt que ce bureau devienne le reflet de cette diversité. Je prendrai les quelques syndicats qui composent la CPG pour les regrouper en 14 pôles d’activités suivant les similitudes et les thématiques qu’ils ont en commun. Ces différents syndicats regroupés par secteur d’activités auront un représentant dans le bureau exécutif pour une meilleure prise en compte de leurs spécificités. Donc, en incluant tout le monde et en faisant en sorte que ce choix soit basé sur des compétences techniques et des connaissances de dossiers plutôt que sur des affinités entre le président et un certain nombre de membres qu’il choisit. Cette innovation nous permettra de gagner en compétitivité.

A. Ba Oumar rêve d’une CPG où tous les membres seront impliqués dans son fonctionnement @ Gabonactu.com

Ce premier point doit se traduire par une meilleure efficacité sur un dossier qui est très important pour nos entreprises actuellement, c’est le dossier de la dette intérieure qui est aujourd’hui traité dans le cadre des discussions avec le gouvernement par deux ou trois membres qui sont les chefs d’entreprises qui ne sont ni banquiers ni fiscalistes, encore moins juristes. Nous voulons puiser dans les ressources de la CPG des personnes qu’il faut pour,  non seulement  réclamer de l’argent au gouvernement, mais aussi lui proposer des solutions pour y parvenir. Nous savons très bien que nos Etats traversent une période très difficile sur le plan économique en raison de la chute du prix du baril de pétrole sur le marché international.

 

Que proposez-vous pour y parvenir ?

 

Il faut être imaginatif, être une force de proposition de plus que par le passé qui ne va pas seulement réclamer le paiement de la dette au gouvernement mais qui  lui propose des solutions imaginées par nos banquiers, nos juristes qui peuvent permettre de régler ce problème tout en prenant en compte les difficultés que connaissent les finances publiques.

 

Autres dossiers que nous mettrons en chantier, l’emploi, la formation, le dossier relatif au social. Des situations qui sont traitées à la CPG certes,  mais dont nous donnerons plus de relief. Ces dossiers dis-je, seront traités par nos experts qui ne sont pas souvent mis en contribution dans un souci d’efficacité. Il y a également toute une série de problématiques à l’environnement des affaires au Gabon qui doit être traitée dans le cadre de propositions qui doivent venir du patronat. C’est une chose de se plaindre vis-à-vis du partenaire de la corruption, de la parafiscalité illégale, de la justice d’un certain nombre de mots qui gènent la vie de nos entreprises. C’est encore mieux de proposer des palliatifs, donc être plus proactif que maintenant pour toujours rechercher des résultats.

A. Ba Oumar plaide pour un partenariat solide avec l’état @ Gabonactu.com

L’autre point important de notre programme c’est la problématique de la PME gabonaise. Le Gabon ne peut pas être le pays où son patronat est complètement détaché de cette problématique, parce qu’il n’y a qu’une économie que nous partageons avec les sociétés non membre de la CPG. Dans toutes les économies du monde y compris au Gabon ce sont les PME qui créent le plus d’emplois. Elles vont créer des emplois parce qu’elles vont être encouragé à le faire. Ces PME vont donc créer de la richesse et par ricochet stimuler la consommation des biens et services des entreprises membres de la CPG. Nous devons même aller plus loin ; attirer à la CPG les meilleurs PME gabonaises, les aider à se structurer, à obtenir des certifications, à être ambitieuses, à les labéliser pour que les grandes entreprises trouvent là des sous-traitants gabonais qu’elles ont du mal à trouver plus souvent de manière à ce que nous puissions faire notre part de travail afin que la PME gabonaise sorte de la situation qui est la sienne aujourd’hui, en émergeant et contribuant à créer la richesse dont nous avons tous besoin.

 

Enfin le dernier point de notre programme c’est le siège social. La CPG existe depuis 1959 ! Malheureusement, elle est toujours locataire quelque part à Libreville. Nous pensons qu’il est grand temps que nous remédions à cet oubli et nous nous dotions d’un siège qui est à la hauteur de nos ambitions.

 

De quel atout disposez-vous pour susciter l’adhésion des membres de la CPG qui voteront vendredi 24 février 2017. Est-ce parce que vous êtes Ba Oumar?

 

Non pas du tout. Je ne demande pas que les gens votent pour moi. Je demande qu’ils votent pour le projet que je propose. Lors que vous allez à la banque demander le financement d’un projet, on vous exige de présenter un plan d’actions, un bisness plan. Le banquier examine sa crédibilité et celle de l’équipe de projet ; c’est-à-dire les hommes qui mettront en œuvre le projet qui leur est proposé pour financement. Lors que vous examinez la crédibilité d’un porteur de projet, vous regardez son expérience et son bilan. Cela permet de voir le futur, parce le futur se construit à partir du passé et du présent.

 

Je pense que dans ma vie professionnelle en tant que créateur d’entreprises depuis plus de 30 ans, j’ai créé plusieurs entreprises dont celle qui a introduit Internet au Gabon en 1996 et qui, quelques années plus tard a été le premier opérateur télécom certifié ISO  de toute l’Afrique centrale. Aujourd’hui elle le leader dans son segment de marché qui est la fourniture de services de communication par satellite dans la sous-région. Sans fausse modestie je pense que j’ai un bilan professionnel d’entrepreneur.

6 ans après avoir intégré la CPG, Alain Ba Oumar dit avoir compris son fonctionnement et veut y impulser un nouveau souffle @ Gabonactu.com

Sur le plan syndical également je suis à l’origine de la création d’un des syndicats le plus puissant en termes de contribution au PIB de notre pays au sein de la CPG ; le syndicat des opérateurs de télécommunications. En seulement trois ans d’existence, ce syndicat a réglé un problème qui était lancinant depuis 10 ans pour ses membres. Il s’agissait de la contribution obligatoire pour financer l’assurance maladie des Gabonais économiquement faibles qui était jusque-là supportée par quatre sociétés ; les opérateurs de téléphonie mobile. Et nous trouvions que c’était une injustice à laquelle il fallait remédier. Nous avons pu convaincre le gouvernement et cette taxe vient d’être revue, corrigée et étendue à tout le monde dans notre pays. Il s’agit d’un acte de solidarité nationale.

 

Je n’ai pas eu le privilège jusqu’à ce jour de présider la CPG. Les électeurs vont regarder les projets de candidats en lice et je crois que je suis le porteur, à travers mon programme d’actions, d’un sang neuf à la CPG.

Propos recueillis par Martin Safou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/veux-faire-evoluer-organisation-vers-performance-alain-ba-oumar">
Twitter