PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
Une journée récréative avec les vieillards de Melen

Une journée récréative avec les vieillards de Melen

image_pdfimage_print

 

 Une employée d’Airtel à coeur joie avec une mamy @ Rosine Pemba Cissé

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) –  Rosine Nancy Mpemba Cissé Anguillet  représentant le directeur général d’Airtel Gabon a organisé vendredi dernier une journée récréative à l’intention des personnes âgées admises au Centre national de Gérontologie et de Gériatrie (CNGG) de l’hôpital de Melen, dans la banlieue sud de Libreville.

 

L’instant de communion et de fraternité  avait pour objectif de sortir un temps soit peu les 28 pensionnaires du CNGG du confinement habituel et de la solitude dû à l’abandon de leurs proches.

 

« Nous voulons qu’aujourd’hui  vous sentez la chaleur humaine »,  a dit aux personnes de troisième âge Mme Mpemba Cissé Anguilet.  L’action initiée rentre selon l’entreprise de la téléphonie  mobile aux objectifs citoyens.

 

Nonobstant les activités comme la peinture,  la danse et autres jeux ludiques,  les employés d’Airtel ont également  apporté avec eux un don des vivres frais, d’eau minérale,  du lait, du sucre et autres produits de première nécessité.

 

Créée en 2010,  le centre national de Gérontologie   et  Gériatrie  est une structure chargée de la prise en charge médicale,  psychologique et  sociale de la personne âgée diminue. Elle  fait face aux difficultés de tous ordres. Le CNGG  fonctionne  essentiellement avec les dons  de la coopération japonaise  et d’autres mécènes.

 

L‘action humanitaire d’Airtel donne du bon moqueur  aux responsables du CNGG. Pour  la directrice générale du centre national de Gérontologie et de Gériatrie,  Annette Pradeau « Nous recevons en majorité les personnes âgées sans familles connues avec un état de grabatisation avancée parfois ».

 

Parmi  les difficultés de fonctionnement  de la  maison de retraite sociale, il y’a l’insuffisance des lignes des crédits allouées chaque année.  A peine 22 millions seulement sont  consacrés pour les incontinents urinaires. D’où l’apport des différents dons pour essayer de pallier au problème  difficultés chroniques dans l’unique structure médico-sociale, spécialisée  du pays.

 

Sydney IVEMBI

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *