PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Un policier blanc abat un noir de huit balles dans le dos aux Etats-unis

Un policier blanc abat un noir de huit balles dans le dos aux Etats-unis

Libreville, Gabon (Gabonacu.com) – La vidéo d’un policier blanc abattant par erreur un homme noir non armé relance le débat sur les violences racistes aux États-Unis dans un contexte très tendu.

S’il s’agit vraisemblablement plus d’une terrible bavure que d’un crime raciste, la mort d’Eric Courtney Harris ne manquera pas d’attiser un peu plus les tensions raciales aux États-Unis. Plutôt passée inaperçue au début, l’affaire a été relancée suite à la publication de la vidéo de la scène relayée par le site NY Daily News, vendredi, dans un contexte lourd de nombreux cas de meurtres d’hommes noirs non armés par des policiers blancs, le dernier en date, celui de Walter Scott, le 4 avril dernier.

C’est deux jours plus tôt, le 2 avril, dans une rue de Tulsa, en Oklahoma, qu’Eric Harris est pris en flagrant délit de vente d’arme par des policiers sous couverture, qui se mettent à le poursuivre quand cet Africain-Américain d’une quarantaine d’année tente de s’enfuir. C’est là qu’intervient Robert Bates, ancien policier de 73 ans et officier judiciaire (sheriff adjoint) de réserve qui porte une caméra d’intervention. C’est lui qui va interpeller en premier le fugitif. Après l’avoir plaqué au sol, il sort son pistolet, croyant utiliser son Taser, et tire une fois dans le dos du suspect avant de réaliser sa tragique erreur et de bafouiller des excuses, visiblement choqué.

« Je lui ai tiré dessus. Je suis désolé… » dit-il alors tandis que la victime s’affaiblit rapidement. « Il m’a tiré dessus, il m’a tiré dessus. Oh mon dieu, je perds mon souffle », se lamente Harris. Mais ces paroles n’inquiètent visiblement pas les collègues de Bates. « J’emmerde ta respiration, ferme ta gueule », dit l’un d’eux avant la fin de la vidéo. Ces insultes (« Fuck your breath »), adressées à un mourant, ont peut-être autant choqué que le meurtre accidentel lui-même.

Eric Harris mourra dans les minutes qui suivront son transport à l’hôpital. Selon le Billy McKelvey cité par le site Vibe, l’affaire en restera là. La police « n’enquêtera pas sur cette mort sauf si le bureau du sheriff le demande, et il ne l’a pas fait ».

 

Jeuneafrique.com et Ange MAPASSA

Photo : DR

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/un-policier-blanc-abat-un-noir-de-huit-balles-dans-le-dos-aux-etats-unis">
Twitter