PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
Trois personnes dont un chinois interpellés pour coupe illégale d’un arbre rare

Trois personnes dont un chinois interpellés pour coupe illégale d’un arbre rare

image_pdfimage_print
 
Le précieux arbre objet de l’incarcération des 3 individus @ DR
 
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Trois hommes dont un chinois ont été interpellés lundi dernier dans la province de l’Ogooué-Ivindo, dans l’Est du Gabon, pour avoir coupé illégalement un pied de Kévazingo, un bois extrêmement rare et menacé d’extinction à cause de la surexploitation, rapporte l’ONG Conservation et Justice.
 
Les faits se sont déroulés le 19 octobre dernier aux environs de 11 heures dans le département de l’Ivindo à 30 km de Makokou. Un plateau transportant une grume de Kévazingo est arrêté par le Procureur de la République près le tribunal de Première Instance de Makokou accompagné des agents de la Police Judiciaire, de la gendarmerie et de l’ONG Conservation Justice. Le conducteur et le convoyeur présentent alors l’autorisation de récupération de bois au nom de Monsieur NZE ANGWE, exploitant forestier dans la province. Une  enquête est diligentée par le Procureur de la République, laquelle conduira à une  descente deux jours plus tard sur le lieu où l’exploitant devait récupérer le bois  dans le village Moubamouzé sur la route d’Okondja,  près d’une centaine de kilomètres de Makokou, il ressortira des investigations et du témoignage des villageois que le Kevazingo litigieux était coupé sous la commande de NZE ANGWE venu dans ledit village avec un ressortissant chinois, YANG SHOWLING, acheteur et revendeur du bois. Ce dernier aurait par la suite acheté le bois illégalement coupé au prix de un million cinq cent mille (1 500 000) Francs CFA.
Les premiers exploitants forestiers européens, français en particulier ont décimé cette espèce. Les chinois, nouveaux venus achèvent le boulot malgré la législation locale @ DR
Les premiers exploitants forestiers européens, français en particulier, ont décimé cette espèce. Les chinois, nouveaux venus, achèvent le boulot malgré la législation locale @ DR
Suite à la question de savoir comment Sieur NZE ANGWE avait obtenu son autorisation qui exige un inventaire préalable de l’administration compétente des Eaux et Forêts, le Procureur de la République a donc instruit ses agents pour que toutes les personnes citées dans cette affaire soient entendues et que tous les objets, porteur, bois et autres, soient saisis. De par lesdites instructions, les éléments de la police judiciaire vont arrêter les Sieurs NZE ANGWE, YANG SHOWLI NG, le convoyeur Honoré KENGNE et le remorqueur MOUSTAPHA MAMADOU tous gardés à vue dans les girons de la Police Judiciaire en attendant interpeller le reste des personnes citées les déférer devant le Procureur de la République près le tribunal de Première Instance de Makokou.  Par ailleurs, des enquêtes révèlent que Sieur NZE ANGWE avait déjà été arrêté pour une exploitation illégale dans la province du Woleu-Ntem en mai 2013.
Les présumés auteurs du crime environnemental @ DR
Les présumés auteurs du crime environnemental @ DR
Depuis la loi n°016/2001 du 31 décembre 2001 portant code forestier en République gabonaise, l’Etat Gabonais s’est doté d’un arsenal juridique pour réglementer les activités forestières afin de lutter efficacement contre l’exploitation forestière illégale sur tout le territoire national. Cependant, malgré cette réglementation, preuve d’une volonté indéniable du législateur à préserver la forêt gabonaise,  bon nombre de personnes n’hésitent pas à se lancer dans l’exploitation forestière sans autorisation de l’administration des Eaux et Forêts. En effet, de par des manœuvres frauduleuses, le Kévazingo, bois très prisé du Gabon pour sa valeur marchande en Chine et ailleurs reste la proie la plus vulnérable.
Gaston Ella & Conservation et justice

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *