PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Tourisme : à la découverte des petites merveilles du Maroc (Série en 3 étapes)

Tourisme : à la découverte des petites merveilles du Maroc (Série en 3 étapes)

Un aménagement urbain spécial pour le tourisme de ville source de réduction de la pauvreté @ Gabonactu.com

Libreville, 26 novembre (Gabonactu.com) – Atterrissage en douceur à l’aéroport Mohamed V de Casablanca. Les traits du visage sont encore tirés par un léger et court sommeil. Mes narines s’excitent. Les odeurs à la sortie de l’aérogare ont changé. Mes yeux se baladent et découvrent un paysage différent de mon Libreville habituel. « Bienvenue au Maroc ! ».

 

En fait pour cette odyssée, je ne suis pas seul. Abderkader, chef du bureau de la Royal Air Maroc (RAM) à Libreville est la figure tutélaire. Mais il y a aussi Mounia qui réside à Rabat. Elle bosse pour l’office du tourisme, l’institution chargée de promouvoir ce secteur clef

Rochdy, un des nombreux marocains qui vivent grâce à l’industrie touristique. C’est le conducteur de notre autocar @ Gabonactu.com

de l’économie marocaine. Notre périple promet car dans la délégation il y a cinq représentants des agences de voyage et de tourisme opérant à Libreville. Vicky (Omed Voyage), Gaston (Espace Voyage),  Francky (Satuguru Travel), Bocoum (Guenar Voyages), Thérèse (Eurafrique voyage), Nadège Flore (GB Voyage).

Pour les médias, il y a Rodrigue (Radio Emergence), Gina (radio Urban FM), Anita Jordana (quotidien l’Union) et bien évidemment le reporter de Gabonactu.com, média en ligne.

Mourad, la main levée, un parfait guide touristique @ Gabonactu.com

Casablanca, la ville blanche

 

Nous nous engouffrons dans un magnifique bus de « S’tours transport », une société de tourisme. Le visage barré par une paire de lunettes noires, Rochdy Abdelatif, est le pilote. On s’éloigne tout doucement de l’aéroport. Soudain Mourad Jellab, se saisit du micro et rompt le silence.

La corniche de Casablanca @ Gabonactu.com

« Je suis votre guide touristique. Notre découverte commence par Casablanca, principale porte d’entrée du Maroc ». Professeur d’anglais, Mourad s’adresse à nous comme dans une église. Il veut nous faire aimer son pays. Et il sait très bien le faire. Son potentiel narratif est immense. Il mêle sa présentation avec un peu d’histoire. Mourad nous explique que la ville de Casabalanca est le principal pôle économique du Maroc. Elle accueille le plus grand aéroport du pays, le plus grand port et les principales activités économiques. A elle seule, Casablanca génère 50% du PIB national. Je suis très admiratif. Mes coéquipiers également.

Hôtel Four Seasons Casablanca

Piscine extérieure de l’Hôtel Four Seasons Casablanca doté également des salles de fitness, hammam, massage et boutiques de grand luxe @ Gabonactu.com

« Il y a trop d’embouteillages aux heures de pointe. Nous allons prendre une voie de contournement », prévient Mourad à la fois sérieux et un peu comique. Casablanca est née au début du 19ème siècle. Dar el-Beïda c’est-à-dire  la « maison blanche » était l’ancienne appellation de la ville. « C’est à partir de 1781, quand les espagnoles y installèrent des comptoirs, que la traduction espagnole, Casa Blanca, se répandit », explique-t-il en montrant au passage des projets immobiliers qui poussent le long du trajet. L’envie de prendre des photos est spontanée.

Accès à l’océan atlantique aménagé par l’hôtel Four seasons pour profiter de la nature à l’état pur @ Gabonactu.com

L’autocar longe la corniche. Puis s’immobilise devant un hôtel. Four Seasons Casablanca. C’est l’un des derniers nés des établissements de grand luxe dans la ville. 5 étoiles. Des bonnes odeurs. Des belles couleurs. Une ambiance aussi douce et agréable que le sourire du personnel d’accueil. Un porteur de thé se précipite vers nous. Je savoure mon petit verre. « Encore un autre », dis-je au porteur qui me sert à cœur joie. « Ah vous avez appréciez le whisky marocain », souri-t-il.

Casablanca n’échappe pas au phénomène des embouteillages @ Gabonactu.com

 

Je retrouve le personnel de cet hôtel exactement avec le même enthousiasme qu’il y a deux ans. J’ai en effet passé un premier séjour mémorable dans l’établissement quelques semaines après son ouverture en 2015. J’ai hâte de découvrir ma chambre car j’ai le souvenir du lit douillé, des grands espaces vitrés … bref de l’ameublement sophistiqué ainsi que de l’assiette de gâteaux, fruits et surtout de la bouteille de thé couchée dans un pot de glace.

Tour de ville

 

Mes espoirs ne sont pas déçus. La chambre est dans un état impeccable. Rien ne manque mais je ne profiterai pas longtemps de ces petites gâteries.

C’est l’heure du déjeuner d

ans l’hôtel. Comme lors de mon premier séjour, le personnel du restaurant est motivé, sincère et attachant. Le restaurant offre une vue imprenable sur la mer. Le menu est plus que savoureux.

Ici se trouvent les deux tours jumelles de Casablanca. Une initiative audacieuse pour attirer les touristes @ Gabonactu.com

Kenzi Tower

Une vue partielle des deux tours jumelles de Casablanca qui servent d’hôtel de luxe et de restaurant à la cuisine raffinée. Un site touristique à ne pas manquer de visiter. Il est beaucoup recommandé par les tours opérateurs @ Gabonactu.com

Mounia regarde sa montre. Tout le monde a compris qu’il faut partir à l’assaut de la ville. C’est le tour de la ville blanche. Mourad nous demande de temps en temps de regarder à droite ou à gauche. Presque tout a une histoire, une explication. On a ainsi vu le palais du Roi à Casablanca, l’ancien centre ville qui fait sa mue grâce à des spéculateurs immobiliers qui rachètent à prix d’or des espaces pour y ériger des bâtiments plus modernes.

La nuit est presque tombée. C’est l’heure du dîner. Cap sur le Kenzi Tower, un complexe hôtelier aux deux tours jumelles qui surplombent la métropole économique marocaine. « Casablanca a aussi son Manathan », murmure un membre de la délégation depuis le 28ème étage où nous nous sommes installés pour le dîner. Les lumières sont tamisées. Le personnel est très attentionné, attentif au moindre geste et très professionnel.

 

Le repas est servi à l’assiette. Entre une bouffée, un verre d’eau pétillante ou d’eau plate, nous nous offrons un regard de « Casa by nigth ». Pour les adeptes de la hauteur, le Kenzi n’a pas de concurrent au Maroc. Il est unique en son genre. Erigé avec les financements libyens, le Kenzi dont la dernière phase a été inaugurée en mars 2009 offre toutes  commodités pour des conférences, des séjours privés ou en groupe. Un petit tour dans l’établissement nous a permis de découvrir ses belles chambres, ses salles de sport, son SPA  by Clarins et toutes les petites gâteries pour rendre le séjour plus qu’agréable.  L’hôtel contient 237 chambres et suites sur 28 étages dont la superficie varie entre 38 et 225 m² réunissant tous les termes d’élégance,  la modernité et le confort.

 

Mosquée Mohammed V

 

La nuit a été courte mais paisible. Toute la « team » se rassemble au restaurant du Four Seasons pour le petit déjeuner. Petite surprise, l’hôtel a prévu une petite sortie sur la plage. Le détour en valait vraiment la peine. Une verdure luxuriante, une belle vue sur l’océan doublée d’un courant d’air frais. « Hum quel bel endroit pour des vacances en amoureux », s’extase Rodrigue.

 

La balade se termine dans les entrailles de l’hôtel. Le luxe, le grand luxe est à tous les niveaux. Les couloirs d’acc

Vue de la mosquée Mohammed V, presque la Tour Eiffel à la marocaine @ Gabonactu.com

ès vers les salles de massage ont des lumières bien étudiées pour garantir l’intimité. Les femmes ont leurs salles. Les hommes également. Le personnel ressemble à des moines dont l’unique mission semble être de décharger les clients du stress, des émotions et autres douleurs. « L’argent ne fa

Toute la team gabonaise et les responsables de l’office marocain du tourisme devant l’immense Mosquée Mohammed V @ Gabonactu.com

it le bonheur mais l’argent aide à mieux vivre », conclu un camarade au terme de la visite agrémentée des bonnes odeurs qu’on aimerait respirer toute la vie.

Mourad s’impatiente. Il brule d’envie d’aller nous faire visiter la Mosquée Mohamed V. Ce vaste complexe religieux est comme la Tour Eiffel à Paris ou la Statue de la liberté à New York aux Etats unis.

Rochdy, toujours en lunettes noires, quasiment avare de parole, est toujours aux commandes de son autocar qui vient de stationner devant la mosquée. Mourad, lui-même musulman est quasiment en transe lorsqu’il explique l’œuvre : « C’est la cinquième mosquée la plus grande du monde. Il peut accueillir 25 000 fidèles sinon un total de 150 000 personnes au même moment. Environ 10 000 ouvriers et artisans marocains y ont effectué plus de 80 millions d’heures de travail… », explique-t-il pour décrire cette œuvre monumentale dont la construction a débuté le 12 juillet 1986 et inauguré le 30 août 1993 après sept ans de travaux probablement pénibles.

Les marocains adorent leur bijou. Ils se retrouvent en famille ici à la fois pour exercer leur foi et faire du tourisme @ Gabonactu.com

Morroco Mall

La beauté de la Mosquée passe de tout commentaire @ Gabonactu.com

Mourad a un dernier site à nous faire découvrir à Casablanca. Le Morroco Mall. Un vaste supermarché qui concentre la plus part des grandes marques. Dès l’entrée, le complexe impressionne par un aquarium géant. Il y a tout type de poissons dans l’eau bleu qui ne laisse personne indifférent. C’est quasiment une escale obligatoire pour des photos souvenirs.

Morroco Mall, centre d’affaires où exposent quasiment toutes les plus grandes marques spécialisées dans l’industrie du luxe . C’est l’un des endroits les plus récréatifs de Casablanca @ Gagonactu.com

« Et si on construisait un mall pareil à Libreville », s’interroge un membre de notre équipe très admirateur du géni marocain pour attirer les touristes et faire tourner son économie. Le vas et vient des visiteurs créé une ambiance toute particulière.

Derrière cette boule du Morroco Mall se font des bonnes affaires et les touristes y effectuent des folles dépenses

La nuit est tombée sans que personne ne s’en rende compte. Mounia, le visage marqué par l’ambition de réussir sa mission a fini le décompte des passagers de l’autocar. Direction : restaurant Basmane. Le choix n’est pas fortuit. Le restaurant a un style architectural typiquement marocain. « Incroyable ce peuple qui sait parfaitement lier le modernisme à ses propres traditions », soupire un membre de la délégation admirant le décore tiré de la pure tradition marocaine. Plus la soirée se prolonge, plus le restaurant s’anime. Et soudain, une diva apparait. Charmante, tenue très légère, maquillage de fée ou de pute. « C’est contre l’islam mais on laisse faire puisque ca plait à tout le monde surtout les touristes », reconnait Abderkader. La belle diva ne danse pas seule, elle invite un à un. Même les chinois présents dans le restaurant. L’ambiance est bon enfant.

Carl Nsitou, envoyé spécial

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/tourisme-a-decouverte-petites-merveilles-maroc-serie-3-etapes">
Twitter