PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Taxes municipales fallacieuses : les commerçants immigrés assiègent leurs ambassades pour se plaindre

Taxes municipales fallacieuses : les commerçants immigrés assiègent leurs ambassades pour se plaindre

Les commerçants expatriés exerçant dans le petit commerce à Libreville ont unanimement décidé d’assiéger leurs missions diplomatiques accréditées au Gabon pour aller se plaindre des agissements peu orthodoxes des agents municipaux commis à la tâche pour collecter les taxes municipales.

Ces commerçants ont utilisé le téléphone arabe pour se passer le mot. Tous ou presque ont volontairement fermé boutique vendredi peu avant midi. Avant de se rendre à la prière de vendredi, ils ont organisé des rassemblements dans leurs ambassades respectives.

Des attroupements ont été constatés devant l’ambassade du Sénégal, du Mali et du Nigeria, selon un constat établi par un reporter de Gabonactu.com


L’objet de ces attroupements est de sensibiliser les ambassadeurs sur la pression « injuste », selon eux qu’ils subissent de la part des agents municipaux.

« Quand les agents de la mairie arrivent dans votre boutique, ils imposent une somme à donner. Lorsque vous refusez en sortant le dossier de la boutique, ils commencent à soulever les marchandises. Ils prennent souvent ce qui coûte cher. Si vous ne négociez pas, ils partent avec tout. Le lendemain, une autre équipe arrive pour encore ramasser les marchandises », a témoigné un sénégalais propriétaire d’une épicerie.

« Ils ne demandent pas des petites sommes. Ce qu’ils demandent est trop lourd par rapport au bénéfice du mois », s’est pour sa part plaint un commerçant nigérian.

C’est ce spectacle qui s’offre aux usagers

La mairie de Libreville parle simplement d’une opération de salubrité publique et de recouvrement de taxes.

Selon une source proche de la mairie, les commerçants ont pris la fâcheuse habitude d’exposer leurs marchandises dans les boutiques et sur les trottoirs. Les amendes dont ils se plaignent concernent l’occupation anarchique du domaine public.

Une équipe de contrôle est composée d’un ou deux gendarmes, des agents municipaux assermentés (hommes et femmes).

Les associations des commerçants déplorent de leur côté la violence verbale qui suit ces opérations qu’elles assimilent à des missions « punitives » ou d’extorsion des fonds.

Vendredi à Libreville, plusieurs commerces y compris dans le marché Mont Bouët, le plus grand du Gabon sont restés fermés. Un grand casse tête pour les ménagères. Toutes les épiceries de la capitale sont quasiment gérées par des commerçants originaires de l’Afrique de l’Ouest.

Carl Nsitou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin Escort * WP Theme *

live tv

* eskişehir escort * sefamerve * ankara escort