PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Je suis le modèle des femmes victimes des violences quotidiennes (Mborantsuo)

Je suis le modèle des femmes victimes des violences quotidiennes (Mborantsuo)

Marie Madeleine Mborantsuo sur Gabon 1ère  © Gabonactu.com

Libreville, 17 avril (Gabonactu.com) – Marie Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon a déclaré mercredi à l’occasion de la célébration de la journée nationale de la femme être un modèle de femmes victimes quotidienne des violences sexistes au Gabon.

« Je peux dire que je suis le modèle des femmes victimes des violences au Gabon », a déclaré Mme Mborantsuo dans un entretien accordé à Gabon 1ère, télévision d’Etat du Gabon, à l’occasion de la commémoration ce mercredi de cette journée sous le thème : « unis contre les violences faites aux femmes ».

La présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon a fait allusion aux violentes attaques verbales dont elle fait régulièrement l’objet chaque fois que son institution rend une décision surtout en matière de contentieux électoral.

Son institution et elle-même sont qualifiées de Tour de Pise qui se penche toujours du même côté. Elle est aussi appelée « Belle mère » en référence à son ancienne liaison avec le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba. De cette liaison serait nés deux enfants.

Mme Mborantsuo est aussi accusée d’être la gardienne des intérêts de la famille présidentielle ou partisane du maintien du pouvoir dans la province du Haut-Ogooué dont elle est originaire ainsi que la famille Bongo Ondimba.

Plus récemment, une rumeur largement diffusée dans les réseaux sociaux donnait Mme Mborantsuo très gravement malade en France. Certains ont même annoncé son décès.

Sa sortie médiatique de mercredi a comme été un cinglant démenti pour celle qui considère toutes ces attaques comme des violences sexistes. « C’est parce que je suis une femme », a insisté celle qui préside la Cour constitutionnelle gabonaise depuis sa création au début des années 90. « C’est une forme d’exclusion », a martelé Mme Mborantsuo qui avoir des compétences avérées dans son domaine juridique.

Antoine Relaxe

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/suis-modele-femmes-victimes-violences-mborantsuo">
Twitter