PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Leur souhait de voir mon neveu disparaître ne fermera pas la porte de la mort (Jean Boniface Assélé)

Leur souhait de voir mon neveu disparaître ne fermera pas la porte de la mort (Jean Boniface Assélé)

Jean Boniface Assélé Dabany est très en colère contre les proches collaborateurs du Président de la République  © DR

Libreville, 18 janvier (Gabonactu.com) – Le général à la retraite Jean Boniface Assélé, oncle maternel du Président Ali Bongo Ondimba, très remonté, n’a pas apprécié l’apparition sous une mauvaise posture du chef de l’Etat qui a assisté très affaibli par la maladie dans une chaise roulante le 15 janvier courant au palais présidentiel à Libreville, à la cérémonie de prestation de cérémonie du nouveau gouvernement.

« Leur souhait de voir mon neveu disparaître ne fermera pas la porte de la mort », a déclaré M. Assélé dans l’émission interactive « Assélé discutes avec vous », diffusée jeudi en direct sur la fréquence 97.4 FM de sa radio privée « Génération Nouvelle ».

Par cet acte « indigne d’une république qui se veut responsable », Jean Boniface Asselé accuse vertement les proches du numéro un gabonais de manœuvrer pour liquider son neveu. Pour lui, il s’agit notamment de la première dame Sylvia Bongo Ondimba, Nouredine Bongo Ondimba, Brice Lacchruche Alihanga et Maixent Accombessi, respectivement fils aîné, directeur de cabinet et haut représentant du Président de la République, qui conspirent avec d’autres proches collaborateurs du chef de l’Etat.

« Chef de famille que je suis et leader d’opinion que je reste je suis choqué de voir à la télévision mon neveu exposé de la sorte », a-t-il déploré, indiquant au passage qu’il n’a pas été informé ni de l’arrivé ni du départ du chef de l’Etat pour le Maroc.

Jean Boniface Assélé affirme n’avoir pas pu rencontrer son neveu, revenu discrètement au pays après 80 jours d’absence due à son AVC survenu le 24 octobre dernier à Riyad en Arabie Saoudite. Ali Bongo est reparti le même jour (15 janvier) à Rabat au Maroc où il poursuit sa convalescence depuis le 28 novembre 2018.

Pour Jean Boniface Assélé, la cérémonie de prestation de serment organisée loin de tous les projecteurs par les proches collaborateurs du Président de la République constitue un « coup de force ».

Sydney IVEMBI

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/souhait-de-voir-neveu-disparaitre-ne-fermera-porte-de-mort-jean-boniface-assele">
Twitter