PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Scorpion : 8 présumés « voleurs » expédiés à Sans famille, 7 autres relâchés

Scorpion : 8 présumés « voleurs » expédiés à Sans famille, 7 autres relâchés

André Patrick Roponat, procureur de la République © capture écran Gabonactu.com

Le Procureur de la République, André Patrick Roponat dans un entretien accordé à Gabon 1ère a affirmé que sur 16 personnes entendues entre mercredi et jeudi 8 personnes ont été placées sous mandat de dépôt alors que 8 autres ont bénéficié d’une liberté provisoire.

Le procureur de la République n’a pas communiqué la liste de personnes envoyées en détention préventive à la prison centrale de Libreville et celle des personnes relaxées dans le cadre d’une liberté provisoire.


Selon l’avocat Jean Paul Moumbembé, son client Christian Patrichi Tanasa Mbadinga – ADG la Gabon oil compagny (GOC) a été placé sous mandat de dépôt pour “détournement de fonds publics, blanchiment de capitaux”. Idem pour Lionel Diambou – conseiller de l’ADG-GOC pour “complicité de détournement de fonds publics”.

Maître Fadi Imbongue a également confirmé à la rédaction de Gabonactu.com que son client Julian Enonga Owno – ex-Directeur financier et comptable de l’OPRAG a été placé sous mandat de dépôt “tentative et complicité de détournement de fonds publics”. Me Imbong ajoute que son second client Jérémie Ayong Nkodjie Obame, DGA de la Sogara a aussi été placé sous mandat de dépôt pour “complicité de détournement de fonds publics”.

Renaud Allogho Akoue  ex-DGA de la CNAMGS est également placé sous mandat de dépôt – “détournement de fonds publics, concussion usage de faux, blanchiment de capitaux”, selon son avocat. Les parents d’Ismael Ondias Souna – ex-DG de la Société équatoriale des mines (SEM). Il est poursuivi pour “détournement de fonds publics et blanchiment de capitaux”.

Herman Nzoundou Bignoumba Directeur de la Caisse de dépôts et de consignation (CDC) est sous  mandat de dépôt  pour “détournement de fonds publics”.

« La liberté préventive ne s’assimile pas à une condamnation. La condamnation suit un procès. Mais nous ne sommes pas encore à l’étape du procès. Nous sommes encore au stade de l’instruction », a précisé le Procureur Roponat.

Les dossiers des prévenus sont en ce moment dans les cabinets des juges d’instruction. « Lorsque l’instruction sera terminée soit par des non lieu ou des renvois devant les juridictions de jugement (…) le peuple sera davantage édifié« , a-t-il poursuivi.

Les droits des uns et des autres resteront et seront respectés jusqu’au bout », a conclu le Procureur.

Carl Nsitou

Suivez nous et Aimez nos pages

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email