PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Santé : l’OMS veut éradiquer la pneumonie d’ici 2025

Santé : l’OMS veut éradiquer la pneumonie d’ici 2025

Photo © DR

La pneumonie cause 15% de décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde. Le 12 novembre de chaque année, la communauté internationale marque un arrêt pour attirer l’attention sur cette pandémie qui touche particulièrement les enfants de moins de 5 ans.

Selon les derniers chiffres, en 2018, la pneumonie a coûté la vie à plus de 800 000 enfants. Un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2015 où on comptait 922 136 décès d’enfants de moins de cinq pour les mêmes raisons. Soit 15% du nombre total de décès d’enfants de moins de 5 ans.


Des chiffres alarmants qui ont alerté l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la nécessité de stopper la perte de millions de jeunes vies dû à la pneumonie mais aussi à la diarrhée. L’objectif de l’OMS est de mettre fin à ce fléau d’ici 2025 grâce à un Plan d’action mondial intégré pour prévenir et combattre la pneumonie et la diarrhée.

Par ailleurs, à côté de la mise en œuvre de cette politique, le 12 novembre, journée mondiale de lutte contre la pneumonie est l’occasion d’interpeller les gouvernants sur la nécessité de mener une guerre sans merci à cette pandémie. Une action qui s’inscrit dans les missions de la Coalition mondiale contre la pneumonie. Le réseau constitué d’organisations internationales, gouvernementales, d’ONG, d’instituts de recherche, d’universités et de fondations de l’enfant mobilise des fonds en vue d’attirer l’attention nécessaire sur cette infection grave qui a pour principale cible les enfants de moins de 5 ans.

Symptômes et traitement

Selon les praticiens, la pneumonie est une infection respiratoire aiguë causée par des germes, virus ou bactéries. Le corps réagit par une inflammation lorsque le microbe attaque les poumons. Les premiers symptômes sont parents : fièvre élevée, toux sèche, essoufflement et brûlures thoraciques. Chez les enfants de moins de cinq ans, elle se caractérise par une toux et ou une respiration difficile, avec ou sans fièvre.

Au pire des cas, le nourrisson atteint peut avoir des difficultés pour s’alimenter et souffrir de perte de conscience, d’hypothermie et de convulsions. Dès les premiers symptômes il est conseillé de se rendre dans un centre de santé et d’éviter l’automédication.

La prévention est possible grâce à une bonne hygiène de vie et à la vaccination.

Lisa Mboui

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn