PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Les salariés de SOGATRA en colère séquestrent le ministre des Transports

Les salariés de SOGATRA en colère séquestrent le ministre des Transports

Justin Ndoudangoye © Archives  DR

Libreville, 27 décembre (Gabonactu.com) – Les salariés de la Société gabonaise des transports (SOGATRA, service public) exigeant leurs 9 mois d’arriérés de salaires ont longuement séquestré le ministre des Transports Justin Ndoudangoye, venus au siège de l’entreprise appeler au calme, a appris Gabonactu.com de sources concordantes.

 

Le ministre des transports espérait faire entendre raison au personnel de cette entreprise publique privé de salaire depuis près d’un an.

 

Ayant constaté que le ministre ne disait rien sur le paiement immédiat des salaires réclamés, le personnel a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il a barricadé les principales entrées de l’entreprise par des bus. Privé de liberté, le ministre aurait appelé au secours. La police n’a pas réussi à le sortir de son confinement.

 

C’est finalement une unité du GIGN qui a extirpé le ministre et sa délégation, selon une source proche de l’entreprise.

 

La SOGATRA assure le service public de transport en commun dans plusieurs villes. La société bénéficie, à ce titre, d’une subvention annuelle de l’Etat d’une valeur de 3,6 milliards de FCFA. Son parc automobile en état de servir est de 40 bus pour près de 1 000 employés.

 

Des forts soupçons de détournement de fonds circulent dans l’entreprise. L’équipe managériale est accusée de détourner les recettes de l’entreprise. Les conducteurs des autocars également se serviraient des recettes comme des biens privés.

 

Justin Ndoudangoye a commandé un audit des comptes de l’entreprise pour comprendre où vont les recettes et comment est gérée la subvention de l’Etat.

 

En attendant les conclusions de l’audit, les agents affamés réclamés leurs salaires pour passer en beauté les fêtes de fin d’année.

Antoine Relaxe

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *