PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Rfi consternée par la peine de 10 ans de prison infligée à son correspondant Ahmed Abba

Rfi consternée par la peine de 10 ans de prison infligée à son correspondant Ahmed Abba

Ahmed Abba @ DR

Libreville, 24 avril (Gabonactu.com) – Radio France internationale (RFI) est consternée par le verdict du tribunal militaire de Yaoundé qui vient de condamner Ahmed Abba, son correspondant en langue haoussa au  Cameroun, à 10 ans de prison ferme, peine assortie d’une lourde amende de près de 56 millions de francs CFA.

 

Il s’agit de la peine minimale pour le motif de « blanchiment de  produits du terrorisme » retenu contre lui, rappelle la radio.

 

L’accusation d’« apologie du terrorisme » avait été écartée en raison des preuves irréfutables fournies par RFI (la traduction de l’ensemble des productions d’Ahmed Abba sur son antenne en haoussa).

 

Les avocats d’Ahmed Abba font appel de cette décision incompréhensible.

 

« Alors qu’aucune preuve n’a été apportée au dossier, cette condamnation est celle d’un journaliste qui n’a fait qu’exercer son métier », déplore RFI.

 

« Au-delà de la condamnation d’Ahmed Abba, c’est la liberté d’informer et d’être informé qui est mise en cause. RFI en appelle à la mobilisation générale de tous ceux qui dans le monde se battent pour défendre ce droit fondamental », appelle la radio, l’une des plus écoutée dans la région.

 

Le cauchemar a commencé en juillet 2015, au moment de son arrestation, à Maroua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Il y a eu ensuite plusieurs mois de détention au secret, à Yaoundé, durant lesquels il a été torturé. Ahmed Abba a dû attendre quatre mois pour enfin parler à son avocat et deux de plus avant que son procès ne commence.

 

La procédure s’est longtemps limitée à une série d’audiences de forme et d’innombrables reports. Ahmed Abba n’a été entendu par les juges qu’en mars dernier et la sentence est tombée la semaine dernière. Le tribunal militaire l’a jugé coupable de non-dénonciation et blanchiment du produit d’un acte terroriste.

 

Les preuves apportées par RFI ont en revanche permis de faire tomber l’accusation d’apologie. Les juges ont reçu une copie de tous les travaux produits par Ahmed Abba et nulle part on ne trouve de traces de propagande.

 

Le journaliste risquait la peine de mort. Ses avocats ont réussi à ramener la peine à dix ans de détention – le minimum dans les cas de blanchiment – en mettant en avant la conduite exemplaire d’Ahmed Abba depuis son arrestation et le fait qu’il n’ait jamais été impliqué dans la moindre affaire.

 

Ahmed Abba a commencé à travailler en 2010 dans cette région très sensible qu’est l’Extrême-Nord du Cameroun – une zone régulièrement visée par Boko Haram – mais le journaliste n’envisageait pas de travailler ailleurs. D’abord cameraman, il est devenu en 2014 correspondant de RFI en langue haoussa et durant toutes ces années, il n’a rien fait d’autre que son travail de journaliste.

Antoine Relaxe

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/rfi-consterne-peine-de-10-ans-de-prison-infligee-a-correspondant-ahmed-abba">
Twitter