PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Les retraités décident d’envahir la primature ce vendredi

Les retraités décident d’envahir la primature ce vendredi

Les retraités écoutons attentivement le compte rendu de la rencontre avec le DG de la CNSS ©  Gabonactu.com

Libreville, 18 avril (Gabonactu.com) – La coalition des retraités gabonais a décidé jeudi au terme d’un sit-in devant la Direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) d’envahir ce vendredi l’entrée principale de la primature pour lui exprimer leur colère suite à la décision de la CNSS de ne plus payer mensuellement leurs pensions.

 

« Ce vendredi dès 7 heures, retrouvons-nous tous, avec des casseroles devant les bureaux du Premier ministre pour lui demander de faire surseoir l’application de la loi selon laquelle les pensions sont payées une fois par trimestre », a déclaré un porte-parole des retraités.

 

Le Directeur général de la CNSS, Nicole Assélé a reçu en fin de matinée jeudi un comité des retraités pour expliquer les raisons pour lesquelles la CNSS a décidé de revenir au paiement trimestriel des pensions comme auparavant.

 

« C’est la loi 100 qui le prévoit. Cette loi n’a jamais été modifiée. Elle existe », a déclaré Mme Assélé dont la tête est mise à prix par les retraités très remontés.

 

Ladite loi a été mise entre parenthèse en 2014, dernière année faste du pétrole au Gabon. Cette année-là, la CNSS avait décidé de passer du paiement trimestriel à un paiement mensuel des pensions.

 

« Les recettes de cette période ne sont plus les mêmes qu’à ce jour », a expliqué Mme Assélé qui réclame aussi le versement par l’Etat d’une partie de sa lourde dette auprès de son institution. « Si l’Etat nous verse 30 milliards de FCFA, nous pouvons continuer à payer chaque fin du mois », a ajouté le DG de la CNSS dont le caractère bien trompé est connu de tous.

 

Le sit-in qui commence vendredi devant la primature visera à modifier la loi sur laquelle s’appuie la CNSS, selon les retraités.

 

« On ne peut pas accepter d’être payé une fois par trimestre. Parmi nous il y a des malades. La maladie n’attend pas. La SEEG ne pardonne pas. Les propriétaires des maisons que nous louons également », a hurlé un retraité.

 

« C’est de l’ingratitude, c’est une mauvaise manière de traiter les personnes qui ont dignement servi le pays », a regretté une autre femme.

Carl Nsitou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/retraites-decident-denvahir-primature-vendredi">
Twitter