PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Putsch manqué : le général Effayong blessé lors de l’assaut

Putsch manqué : le général Effayong blessé lors de l’assaut

Le général Jean Germain Effayong Onong en uniforme de police © Facebook 

Libreville, 10 décembre (Gabonactu.com) – Le Général de Brigade, Jean Germain Effayong Onong, préfet de police de Libreville est l’un des blessés côté armée gouvernementale lors de l’assaut donné le 7 janvier dernier sur la maison de la radio pour y déloger les mutins qui ont tenté un coup d’Etat, a appris Gabonactu.com de source bien informée.

 

La vie du général ne serait pas en danger, selon une source proche du ministère de l’Intérieur reconnaissant que le préfet de Police, naturellement combatif, était en première ligne ce jour là.

 

Mercredi, le procureur de la République Olivier N’zahou qui suit l’enquête ouverte à cet effet a reconnu le bilan de 2 morts lors de l’assaut. Quatre mutins dont le lieutenant Ondo Obiang Kelly, cerveau de la bande ont été interpellés. Ils sont gardés à vue dans les locaux de la Direction générale de la contre ingérence (renseignements militaires). Tous risque la réclusion criminelle à perpétuité pour tentative de renversement du pouvoir.

 

Lundi dernier, ce groupe des militaires agissant au nom du Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité a pris le contrôle de Radio Gabon (service public) et diffusé en boucle une déclaration informant les gabonais qu’ils se sont emparés du pouvoir. Ils promettaient la mise en place d’un Conseil national de la restauration et invitaient le reste des militaires à se joindre à eux.

Ces militaires ont affirmé dans leur déclaration avoir été déçu par la dernière vidéo d’Ali Bongo lisant un message des vœux à la nation le 31 décembre dernier. Il s’agissait pour eux d’une honteuse mise en scène orchestrée par des « assoiffés de la conservation acharnée du pouvoir » malgré l’incapacité d’Ali Bongo de diriger le Gabon suite à l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime le 24 octobre dernier à Ryad en Arabie saoudite alors qu’il participait à un sommet.

Ali Bongo, 60 ans le 9 février prochain, a été transféré début décembre au Maroc où il se trouve toujours pour sa convalescence et sa rééducation.

Carl Nsitou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/putsch-manque-general-effayong-blesse-lors-de-lassaut">
Twitter