PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Projet de résolution de l’UE contre le Gabon, ce qu’en pense Vivien Patrice Lloyd Amos Makaga Pea (UJPDG)

Projet de résolution de l’UE contre le Gabon, ce qu’en pense Vivien Patrice Lloyd Amos Makaga Pea (UJPDG)

 

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – A la veille de l’adoption par le parlement européen d’une résolution contre le Gabon suite à la réélection contestée du président sortant du Gabon, Ali Bongo Ondimba, le premier responsable de l’Union des jeunes du Parti démocratique gabonais (UJPDG, au pouvoir) a publié un libre propos dans lequel il s’insurge naturellement contre cette démarche.

 

Gabonactu.com publie l’intégralité de ce libre propos :

 

Quand le Parlement du « roi blanc » européen méprise la Souveraineté du Gabon et snobe son alter ego Africain

 

Une forte rumeur fait état de ce que le Parlement Européen serait sur le point de présenter à l’adoption de ses membres, une résolution contre le Gabon ou du moins ses autorités.

 

En Alpha, dans mes modestes réminiscences d’étudiant en droit, il m’a été enseigné que la souveraineté d’un État traduisait de manière sommaire d’une part, le fait qu’à l’extérieur , un État n’était pas tenu de se soumettre à des INJONCTIONS ou obligations à l’égard d’autres États et des organisations internationales autres que celles qu’il a librement acceptées, et d’autre part, qu’en interne, il déterminait de son propre chef, les droits et devoirs qu’il assume à l’égard des personnes ou situations juridiques pour lesquelles son ordre juridique s’applique.

 

Il m’a été également enseigné, que le droit international coutumier consacrait de manière indiscutable le principe de non ingérence dans les affaires intérieures des États, au nom du principe d’égalité souveraine consacré par les Nations Unies et ratifié par ses États membres. Aujourd’hui, il me surprend que ces principes de droit international pourtant scandés à audible voix par les « rois de la démocratie mondiale », fassent l’objet du désormais « deux poids deux mesures » qui fait du continent africain et de ses dignes fils, le paillasson sur lequel le « roi blanc » européen, pose l’échelle de son interventionnisme « colonio-impérialiste ».

 

Au menu du jour de son insatiable libido, le Gabon. Cette ancienne vache à lait de la « France à fric foccardienne », au Peuple vaillant et affranchi, qui a récemment frôlé l’embrasement et le chaos, sous l’égide bien-pensante de la reine mère Européenne. Doit-on rappeler à ces « régents » de Strasbourg, déterminés à saucissonner le Gabon par une résolution au contenu inique et insipide, que le processus électoral d’Aout 2016 au Gabon a connu son point culminant avec l’ épuisement du contentieux de même nom, le Vendredi 23 Septembre 2016 par décision souveraine de la Mère de nos juridictions nationales, la Cour Constitutionnelle!?

 

Frappée du sceau de l’autorité de la chose jugée et auréolée de sa forclusion, cette décision de la Cour Constitutionnelle gabonaise, quelque soit les griefs que pourraient lui opposer ses pourfendeurs de circonstance, et rendue en présence de hauts magistrats africains, signifie en Droit qu’ aucune institution étrangère à l’Etat souverain du Gabon, fusse-t-il « Parlement Européen », n’est fondée à ouvrir un nouveau contentieux en la matière, à moins que l’Union Africaine qui agit sur son ressort territorial par parallélisme à l’Union Européenne, ne soit devenue une « sous-préfecture institutionnelle » de l’Europe à l’insu de ses États membres.

 

Il me fait dire de ce qui précède, que le continent africain ne se sera toujours pas affranchi du « roi blanc », prêt à tout pour conserver ses intérêts, tant que nous lui laisserons l’occasion permanente de jouer avec arrogance, à ce fameux jeu de « lancée de nain » pour la plus grande maltraitance du petit nègre d’Afrique, peut-être parce que n’est-il-toujours « pas entré dans l’Histoire »?Suivez mon regard…

 

Non Chers concitoyens européens du monde, le Gabon ne sera jamais votre punching-ball, ni votre précédent jurisprudentiel impérialo-dominateur! Le Gabon n’acceptera pas de se faire guillotiner sur l’autel de votre mafia infeste! Car l’Afrique comme l’Europe s’est désormais affranchie, l’Afrique comme l’Europe est désormais souveraine,l’Afrique comme l’Europe a désormais ses institutions, l’Afrique comme l’Europe est désormais debout, l’Afrique comme l’Europe a désormais sa Relève , l’Afrique comme l’Europe n’est plus soumise, l’Afrique comme l’Europe, ne sera plus jamais régentée par des citoyens étrangers à son territoire, l’Afrique comme l’Europe est « désormais » entrée dans l’Histoire, et ses dignes fils de la nouvelle génération se dresseront comme un bouclier pour désormais assurer sa protection!

 

Non chers Concitoyens européens du monde, l’inégalité de traitement devant les lois internationales à laquelle vous voudriez nous astreindre par votre boulimie obsessionnelle à diriger au delà de vos frontières incestueuses, m’amène à conclure par une mise en garde: Nous n’avons pas vu votre premier coup venir, nous n’encaisserons pas un second. Non seulement nous allons l’esquiver, mais surtout, l’Afrique souveraine vous rendra la « politesse » du premier coup. J’ai dit.

 

Vivien Patrice Lloyd Amos MAKAGA PEA

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

6 Commentaires

  1. Didier

    Jean-Jacques, commencer son propos par des injures est le signe d’un manque d’arguments. Et quand on lit la suite de ton intervention, cela saute aux yeux. Si ce que tu as à dire ou à écrire n’est pas plus beau que le silence, alors il vaut mieux garder le silence.

    Reply
  2. Fili Mot

    Étonnant en effet que ce prétendu juriste n’ait pas retenu de ses cours de droit le caractère contraignant des traités signés par un Etat fut-il souverain….l’accord de Cotonou (qui prévoit des sanctions en cas de non respect des valeurs de démocratie qu’ont en commun les parties contractantes) ratifié volontairement par l’Etat gabonais, en fait partie.
    Par ailleurs il est comique de lire de telles envolées panafricanistes/anticolonialiste sous la plume du soutien d’un Ali Bongo qui toute honte bue est allé quémander la nationalité française alors qu’il est censé présider le Gabon.
    Vraiment le pays où on a inventé le vaccin contre la honte.

    Reply
  3. jean -jacques

    Lance Bibang c’est domage ton niveau d’etude ne te permet pas de comprendre ce que PEA a dit . votre resolution n’aur pas d’effets, et UE sait tres bien que la riposte du Gabon contre leurs interêts sera rude et irreversible. UE n’est pas le partenaire unique du Gabon.

    Reply
    1. Fili Mot

      Comme si Ali « le Français » avait les moyens de riposter contre sa 2ème mère patrie, lui qui est encore là notamment par la grâce du 6eme BIMA….Engongol.

      Reply
  4. Lance Bibang

    Quel gachis ! Ce partisan d’Ali Bongo a perdu toute sa tête. Il devrait lire l’accord qui lie son pays « souverain » et l’Union européenne notamment l’accord de Cotonou. Après avoir mis de l’eau à son moulin visiblement vide de sens, je l’inviterai à ravaler ses propos qui témoignent du manque de connaissances dont souffrent les collaborateurs d’Ali Bongo. Tout comme ce soit une honte qu’un jeune ayant fait des études de droit méprise à ce point sa propre intelligence au point de disserter dans le vent sur un sujet qui ne l’est pas. Bravo à vous cher émergent abruti par votre manque de lucidé intellectuelle due à vos fréquentations partisanes

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/projet-de-resolution-de-lue-contre-gabon-quen-pense-vivien-patrice-lloyd-amos-makaga-pea-ujpdg">
Twitter