PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Le procureur de la République somme Jean Ping de comparaitre au tribunal de Libreville

Le procureur de la République somme Jean Ping de comparaitre au tribunal de Libreville

 

Jean Ping expliquant les raisons de son refus de se présenter à la PJ le 3 juin dernier @ Gabonactu.com

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le procureur de la République, Styve Essa Ndong a, dans une conférence de presse mardi à Libreville, mis en demeure l’opposant Jean Ping à comparaitre comme prévenu à la prochaine audience au parquet de Libreville.

 

Jean Ping est traîné devant les tribunaux par le gouvernement pour avoir traité certains gabonais de « cafards » à exterminer. Il est poursuivi pour « répondre respectivement des faits d’atteinte à l’ordre et la sécurité publique puis de diffamation ».

 

Le 3 juin dernier, Jean Ping a été convoqué par la police judiciaire pour une enquête préliminaire, mais l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) a refusé d’honorer la convocation.

 

Une audience s’est tenue le 20 juin au parquet de Libreville pour la même affaire. L’opposant, par ailleurs candidat à la prochaine élection présidentielle, ne s’est pas présenté. Pas même ses avocats.

 

« Le parquet de Libreville met en demeure M. Jean Ping à comparaitre comme prévenu à la prochaine audience, car nul n’est au-dessus de la loi et force reste à celle-ci », a insisté le procureur de la République.

 

Le procureur de la République soutient que Jean Ping a proféré des graves propos appelant la population à la haine, à la désunion des citoyens et à braver l’autorité de l’Etat.

 

Ces faits, selon le procureur de la République, sont réprimés par l’article 88 du code pénal qui dispose que « sera puni d’un emprisonnement de six à cinq ans et d’une amende de 24 000 à 250 000 FCFA, quiconque participera de quelque manière que se soit à toute propagande écrite ou orale tendant à troubler la paix publique, à inciter à la révolte contre les autorités de l’Etat, à porter atteinte à la République dans le prestige de ses institutions, à provoquer la désunion des citoyens, à instituer la haine raciale, religieuse ou tribale et, de façon générale à nuire aux intérêts vitaux de l’Etat et la nation ».

 

Jean Ping dénonce un harcèlement judiciaire visant à le rendre inéligible à la prochaine élection présidentielle. Il soutient que ses propos ont été manipulés, tronqués et sortis de leur contexte.

 

Gaston Ella & Xinhua

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. pauline Theydert

    Ping sait ce qui l’attend, les autres ont subi lorsqu’il se trouvait dans le système, il va un peu goûter à la prison il va y faire sa campagne présidentielle cependant il le fait pour un but bien précis, l’insurrection, mais j’espère que les gens qui insultent et menacent le procureur Ndong Essame Ndong, savent qu’il n’y aura pas de Ping ou ses richissimes enfants aux premiers rangs.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/procureur-de-republique-somme-jean-ping-de-comparaitre-tribunal-de-libreville">
Twitter