PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La précarité dans laquelle j’ai grandi ne nous a pas donné le droit de devenir bandit (Marius Assoumou Ndong, SGA en charge de l’UJPDG)

La précarité dans laquelle j’ai grandi ne nous a  pas donné le droit de devenir bandit (Marius Assoumou Ndong, SGA en charge de l’UJPDG)

Marius Assoumou Ndong, SGA en charge de l’UJPDG @ Facebook  MAN

 

Libreville, 21 juillet (Gabonactu.com) – Le secrétaire général adjoint en charge de l’Union des jeunes du Parti démocratique gabonais (UJPDG), le parti au pouvoir, Marius Assoumou Ndong, a interpelé dans une causerie politique, les jeunes du quartier derrière l’Ecole Normale (2ème arr. de Libreville) sur la nécessité de devenir un citoyen modèle comme lui, nonobstant les difficultés auxquelles il a été confronté dans son enfance.

« La précarité dans laquelle j’ai grandi ne nous a  pas donné le droit de devenir bandit», a déclaré M. Assoumou Ndong. Une invite en guise de prise de conscience pour de nombreux jeunes de ce quartier populeux  dont certains s’illustrent par un gangstérisme grandissant, comme dans d’autres parties de Libreville.

Pour le chef de file des jeunes du parti au pouvoir depuis un demi-siècle, les jeunes en conflit permanent avec la société, devaient  faire une introspection de leurs propres  turpitudes pour se projeter un avenir serein.

« Il faut arrêter d’accuser le système, il faut arrêter d’accuser le PDG, il faut arrêter d’accuser vos parents,  les torts sont partagés », a-t-il estimé.

 

Camille Boussoughou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/precarite-laquelle-jai-grandi-ne-a-donne-droit-de-devenir-bandit-marius-assoumou-ndong-sga-charge-de-lujpdg">
Twitter