PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Plus de 600 agents du ministère du Pétrole s’approprient le nouveau Code pétrolier

Plus de 600 agents du ministère du Pétrole s’approprient le nouveau  Code pétrolier

Les participants au séminaire de vulgarisation du nouveau Code des hydrocarbures le 9 août au nord de Libreville © Gabonactu.com

Plus de 600 hauts fonctionnaires du ministère du Pétrole commis à l’encadrement et au contrôle des activités du secteur des hydrocarbures participent à un séminaire de « vulgarisation du nouveau Code des hydrocarbures », dont les travaux ont été ouverts vendredi par le ministre de tutelle, Noël Mboumba.   

Le séminaire, qui va s’étaler sur cinq jours (du 9 au 14 août), se déroule à La Sablière, au nord de Libreville. Il vise à outiller ces experts pour mieux vulgariser le nouveau Code des hydrocarbures auprès des potentiels investisseurs.    

Le texte de loi N°002/2019 du 16 juillet 2019 portant Code des hydrocarbures en République gabonaise est jugé très attractif et flexible au niveau fiscal. Les experts sont appelés à s’approprier tous les contours et les subtilités du document pour éviter de commettre des erreurs dans le processus d’attribution des permis d’exploration.  

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Mboumba.jpg.

Le ministre du Pétrole, Noël Mboumba, et sa secrétaire générale, Nadège Liliane Ngari épouse Onanga Y’Obegué, durant son allocution d’ouverture  © Gabonactu.com

« Comprendre ces différents enjeux est primordial pour chacun des agents de l’administration des hydrocarbures », a encouragé M. Mboumba, en ouvrant les travaux.  

Les 35 blocs pétroliers soumis en appel d’offres sur le plan international mobilisent déjà, affirme-ton, de nombreux potentiels investisseurs. Ils se bousculent à la porte du Gabon, qui a du reste l’ambition d’augmenter sa production pétrolière dans un an de 200 000 à 300 000 barils par jour.          

Pour Noël Mboumba, la formation reste la priorité de son action pour atteindre les objectifs à lui assignés. Il s’agit pour les fonctionnaires gabonais du secteur pétrolier d’être plus que jamais compétitifs dans un monde concurrentiel.

« J’avais placé la formation comme étant une priorité parce que je veux avoir des techniciens chevronnés capables de pouvoir intervenir à tous les niveaux en anglais ou en français, ayant l’expérience et l’expertise dans tous les domaines du secteur qui nous concerne », a-t-il souligné, annonçant au passage la mise en branle sous peu d’autres formations.

Sydney IVEMBI

 

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter