PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Oyé Mba souhaite que la prochaine Assemblée nationale entre en fonction en septembre 2018

Oyé Mba souhaite que la prochaine Assemblée nationale entre en fonction en septembre 2018

Casimir Oyé Mba, ancien Premier ministre, ancien candidat à l’élection présidentielle et Vice-président de l’Union nationale (UN) @ archives Gabonactu.com

 

Libreville, 3 mai (Gabonactu.com) – Casimir Oyé Mba, Vice-Président de l’Union nationale (UN, opposition) a suggéré, dans une déclaration publique au siège de son parti, que la prochaine Assemblée nationale entre en fonction en septembre 2018.

 

« Nous demandons au Centre Gabonais des Élections de fixer rapidement la date des élections législatives, de façon à permettre au mandat de la prochaine Assemblée Nationale de débuter en septembre 2018 », a déclaré M. Oyé Mba sans expliquer les raisons pour lesquelles il propose le mois de septembre pour l’entrée en fonction de la nouvelle Assemblée nationale.

 

Casimir Oyé Mba a dans la même déclaration livré un véritable réquisitoire contre la décision de la Cour constitutionnelle qui a dissout l’Assemblée nationale et mis fin aux activités du gouvernement.

 

« Disons-le clairement, il y a derrière cette décision, la réalisation par la Cour Constitutionnelle d’un véritable coup d’État institutionnel au service de la conservation du pouvoir », a martelé l’ancien Premier ministre gabonais.

 

« C’est un coup d’État contre le Peuple Gabonais, détenteur de la souveraineté nationale, mais désormais privé du droit de désigner ses représentants, notamment celui d’avoir à l’Assemblée Nationale, une majorité qui pourrait déstabiliser le Président. C’est un coup d’État parce que la Cour s’est substituée, au Constituant qu’est le peuple gabonais ou ses représentants pour modifier la Constitution de manière unilatérale. Le Président de la Cour Constitutionnelle est devenu une sorte de régent de la République Gabonaise », a-t-il enfoncé.

 

« Au travers de cette décision qui fera date dans l’histoire de notre pays, la Cour Constitutionnelle a pris le contrôle du calendrier des élections législatives, en même temps qu’elle place le Président de la République dans une situation de pouvoir monarchique, sans contrôle ni partage. Nous  pensons que cela n’est pas conforme au serment visé par l’Article 90 de la Constitution », a poursuivi Casimir Oyé Mba, considéré pourtant comme un opposant plus en moins consensuel.

 

Après la dénonciation, l’Union Nationale « se propose de saisir largement la Communauté internationale, notamment les partenaires techniques et financiers et les organisations internationales s’occupant des parlements, des actions malencontreuses que mènent les autorités gabonaises et la Cour constitutionnelle pour retarder à loisir, voire d’empêcher le renouvellement d’une des Chambres de la représentation nationale, et entraver l’épanouissement de la démocratie dans notre pays ».

 

Malgré ces récriminations, l’Union nationale réaffirme sa volonté de participer aux prochaines élections législatives.

 

« Notre parti invite ses militants à demeurer fidèles à son engagement en faveur d’élections justes et, libres, d’une efficiente séparation des pouvoirs et de la primauté du droit », a-t-il lancé.

 

« L’Union Nationale déclare poursuivre son combat pour l’alternance démocratique au Gabon. Elle exhorte ses militants et sympathisants, ainsi que tout le peuple gabonais à affermir leur détermination et à demeurer auprès d’elle et des forces du changement pour exiger la tenue des élections législatives dans les plus brefs délais et mettre un terme à la crise institutionnelle dans notre pays », a conclu ce natif de Nzamaligué (Komo-Mondah) qui, à 76 ans, voudrait briguer un nouveau mandat de député.

Antoine Relaxe

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/oye-mba-souhaite-prochaine-assemblee-nationale-entre-fonction-septembre-2018">
Twitter