PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Opération scorpion : 13 personnes déjà expédiées à Sans famille

Opération scorpion : 13 personnes déjà expédiées à Sans famille

Palais de justice de Libreville le 29 novembre 2019 au moment des dernières auditions de l’opération scorpion © Gabonactu.com

Une mini-enquête de Gabonactu.com auprès des services de la Direction générale des recherches (DGR) et du tribunal de première instance de Libreville révèle que l’opération scorpion a permis jusqu’à vendredi d’interpeller un total de 22 personnes.

Sur les 22 personnes interpellées, 21 ont été déférées devant la Cour judiciaire spéciale. 13 personnes ont été formellement inculpé et placé sous mandat de dépôt. Parmi eux, des personnes très connues comme Ike Ngouoni, l’actuel porte-parole de la présidence de la République, Christian Patrici Tanasa, conseil politique du président de la République. Il est poursuivi pour des actes posés pendant qu’il dirigeait la compagnie nationale des Hydrocarbures. Deux autres prisonniers de taille, Renaud Allogho Akoué, ex Directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale et Ismaël Ondias Souna, ex DG de la société équatoriale des mines.


Tous sont poursuivis pour détournement des fonds, corruption, concussion ou blanchiment des capitaux. « Ils sont confondus par leur salaire officiel qui n’a aucun rapport sur leur niveau de vie, leurs immobilisations meubles et immeubles et leurs avoirs en banques », indique un enquêteur.

Sur les 21 personnes entendues, 6 sont relaxées. Elles ont bénéficié d’un non lieu. Les poursuites contre elles tombent. Par contre 2 autres personnes sont inculpées mais laissées en liberté provisoire.

L’enquête de Gabonactu.com n’a pas pu établir le cas de la 22ème personne interpellée. Son identité et ses fonctions ne sont pas connues.

Une source proche du dossier a confié à Gabonactu.com que les enquêtes se poursuivent, des nouvelles interpellations dans les prochains jours ne sont pas exclues. « Nous irons jusqu’au bout. Il ne s’agit pas d’une mise en scène comme le prétendent certaines personnes dans les réseaux sociaux », s’est défendue la source.

Carl Nsitou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. Patrick Anani

    Ce qui devient clair est que la plupart des pays où la corruption en bande organisée se produisent c’est lorsque d’une manière ou d’une autre ils sont conscients que le chef du pays est lui même dans une institutionalization de la diversion des ressources du pays; et je crois que plusieurs présidents africains ne peuvent vraiment pas arrêter les autres puisqu’eux même sont des exemples de malversations. Dans tout cela, le peuple est celui qui se partage les miettes. C’est triste et manque totalement d’éthique

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn