PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Nouveau mot de passe au Gabon : « celui qui boude, il bouge »

Nouveau mot de passe au Gabon : « celui qui boude, il bouge »

Photo © DR

Cette menace a été publiquement proférée samedi dernier par Brice Laccruche Alihanga, Directeur de cabinet du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba.

Un jour après, c’est à dire le dimanche, quasiment à la même heure, Arnaud Calixte Engadji Alandji, a « bougé » (chassé du gouvernement) pour avoir « boudé » sa mutation du ministère de l’Equipement, des Infrastructures et des Travaux Publics vers le ministère de la Décentralisation, de la Cohésion et du Développement du Territoire.


Brice Laccruche Alihanga a clairement indiqué que c’est le président de la République lui-même qui lui a demandé de dire à son entourage que « celui qui boude, il bouge  ». La très rapide éviction d’Arnaud Calixte Engandji Alandji n’a pas du coup laissé les gabonais indifférents.

Lundi matin, l’expression était dans toutes les bouches dans la capitale. Dans les bureaux administratifs comme dans les cafés, pour répondre à l’éternelle question « comment ça va ? » Beaucoup répondent désormais : « je n’ai pas encore boudé, donc je n’ai pas encore bougé ».

Samedi dernier au stade de Nzeng Ayong où il a mis un terme à sa tournée républicaine pour porter à la population le message du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche a notamment livré ce message très menaçant à l’attention de l’entourage du chef de l’Etat.

« Celui qui déconne sera sèchement écarté », a-t-il averti avant d’ajouter « ceux qui ne sont pas contents, ceux qui boudent, on leur dira celui qui boude il bouge, celui qui boude il bouge. Je pense que tout le monde a compris que c’est maintenant le peuple », a-t-il hurlé en faisant répéter la formule « celui qui boude, il bouge » à la foule.

Ali Bongo Ondimba aurait chargé son DC de livrer ce message parce qu’il s’estime être trahi par certains de ses collaborateurs qui ont excellé dans les « fausses promesses, les maquettes, les PowerPoint… » à leur propre profit et non celui du peuple.

Comme un slogan, « Celui qui boude, il bouge », commence aussi à devenir viral dans les réseaux sociaux. Les uns ont peur de perdre leur position. Les autres par contre ironisent attendant de voir comment tous les boudeurs seront châtiés avec la même rigueur.

« Tant mieux si ce nouveau slogan peut permettre de moraliser la vie publique dans notre pays« , a chuchoté dans un café au centre ville un fonctionnaire craignant d’être écouté par des oreilles indiscrètes.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter