PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Mort mystérieuse des carpes : le gouvernement proroge de 15 jours la mesure de suspension de la pêche et de la commercialisation

Mort mystérieuse des carpes : le gouvernement proroge de 15 jours la mesure de suspension de la pêche et de la commercialisation

Carpes mortes mystérieusement © CENAREST

Le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation a décidé ce mardi à travers un communiqué de proroger de quinze jours la décision portant suspension de la pêche et de la commercialisation de la carpe, à cause de la mort d’une manière mystérieuse des carpes dans les lacs de Lambaréné (centre du pays).

« Il est décidé de la prolongation de la suspension de la pêche et de la commercialisation de la carpe pour une durée de 15 jours ; nous continuons de recommander à la population d’éviter de manipuler le poisson trouvé mort et de porter à ébullition l’eau provenant de ces zones pour tout type d’utilisation », a annoncé la communication gouvernementale.

A la suite de la mort inexpliquée de la carpe dans certains lacs situés entre Ndjolé et Lambaréné, le gouvernement avait décidé le 22 juillet dernier de suspendre les activités de pêche et de commercialisation de la carpe dans les zones identifiées pour une période de quinze jours.

Selon le communiqué, durant ce délai, les meilleurs efforts ont été consacrés à la compréhension du phénomène. D’une part, les résultats des analyses diligentées par l’Agence gabonaise de la sécurité alimentaire (AGASA) ont permis d’écarter l’hypothèse d’une contamination d’origine chimique liée aux pesticides, aux engrais ou aux métaux lourds. D’autre part, les analyses effectuées par le Centre International des recherches médicales de Franceville (CIRMF) ont révélé la présence anormalement élevée dans l’eau et dans les carpes trouvées mortes d’une bactérie de type Aeromonas veronii présente naturellement dans l’environnement.

Par ailleurs, de nouveaux foyers, où le même phénomène a été constaté, ont été découverts, notamment dans les lacs Nkangue, Onangue, Wambe et Azougue. Aussi, les équipes scientifiques mobilisées ont souhaité approfondir leurs travaux pour écarter avec certitude tout risque pour la population. D’où la mesure de la prolongation.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter