PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
Média : Africa N°1 vers une mort lente mais certaine

Média : Africa N°1 vers une mort lente mais certaine

image_pdfimage_print

Photo @ archives Gabonactu.com

Libreville, 25 juillet  (Gabonactu.com) – La Radio panafricaine Africa N°1, émettant de Libreville et de Mouyabi au Gabon est à l’agonie depuis plusieurs années. Les raisons sont multiples : statut juridique compliqué, sécheresse financière, problèmes de management.

 

Le personnel qui se réclame encore appartenir à ce média, qui a résonné plus haut sur le continent et à travers le monde dans les années 80 et 90, est en grève illimitée depuis environ 7 mois.

 

Le fleuron des médias  africains, créé en 1983 par le défunt président Omar Bongo pour donner la voix aux africains est déficitaire depuis une décennie. L’entrée au capital des libyens en 2008 en qualité d’actionnaire majoritaire n’a pas permis de relever Africa N’1, malgré des sommes colossales injectées. On parle de 6 milliards de FCFA consentis pour la recapitalisation le média.

 

La disparition du guide libyen, Mohammad Kadhafi en 2011, aura été un coup de massue contre le média. Plus d’argent, puisque l’État de la Libye n’existe quasiment plus à cause de la guerre civile que connaît ce pays. Depuis lors  l’État gabonais (2ème actionnaire) est obligé de se substituer tant bien que mal à l’actionnaire majoritaire, en payant au moins les salaires de la soixantaine d’agents. La masse salariale est estimée à 150 millions de FCFA par mois.

 

Cependant, les salaires ne sont plus réguliers. Les travailleurs croupissent dans un dénuement inqualifiable. Ils totalisent à ce jour, 7 mois d’arriérés de salaires. D’autres sont chassés des maisons à cause de leur incapacité à s’acquitter des frais du loyer mensuel. Ils deviennent Sans domicile fixe  (SDF). Ils sont nombreux ces employés d’Africa N’1 qui n’arrivent plus à scolariser leurs enfants. Les cas de maladie se passent de tout commentaire.

 

Les promesses des différents ministres  qui se sont succédés à la communication n’ont jamais été matérialisées. Les conditions de vie et de travail de ces  derniers restent exécrables. Aucune lueur d’espoir  en vue. Le personnel est abandonné à son triste sort.

 

La Radio sous redressement judiciaire depuis 6 ans est plongée dans une longue grève générale illimitée.  Cela fait 7 mois que les grévistes (délégués du personnel) multiplient des tours à  la primature, au ministère de l’économie, du budget  et au  Trésor Public pour réclamer, outre les salaires, mais le matériel de travail car l’outil de production est dans un état d’obsolescence pitoyable.

Selon le site d’informations en ligne Gaboneco.com, Al Jazeera, la télévision satellitaire du Qatar serait intéressée à reprendre les actifs de ce média pour le remettre à flot. Le personnel scrute le ciel dans l’espoir d’un aboutissement heureux de cette nouvelle piste.

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *