PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Marche des élèves : Michel Menga au four et au moulin pour éteindre le feu

Marche des élèves : Michel Menga au four et au moulin pour éteindre le feu

Le ministre d’Etat chargé de l’éducation nationale dialoguant avec les élèves grévistes au PK6 le 9 avril à Libreville  ©  Gabonactu.com

Libreville, 9 avril (Gabonactu.com) – Le ministre d’Etat en charge de l’éducation nationale, Michel Menga M’Essone flanqué de son adjoint Gisèle Akoghé a rencontré mardi au pas de course les élèves des différents établissements, qui ont initié des marches de protestation contre les nouvelles conditions coercitives d’obtention de bourses aux nouveaux bacheliers.

Tour à tour le membre du gouvernement s’est rendu au lycée National Léon Mba, Lycée Paul Idjendjé Gondjout et bien d’autres où les marches ont eu lieu. Objectif, rencontrer les élèves pour une pédagogie d’usage.

Avec sa délégation, le ministre de l’éducation nationale s’est ensuite rendu à la jonction du PK6, quartier situé à cheval entre le 3ème et 6ème arrondissement de Libreville, à la rencontre des élèves marchant sous une canicule. Avant la prise de parole du membre du gouvernement, ces élèves déchainés ont été canalisés par des policiers et  des gendarmes lourdement armés.

« Quand vous êtes malade, le médecin vous écoutes, il fait le diagnostic et vous administre un traitement pour que vous guérissez, n’est-ce pas ? On a la même démarche ; il y a un problème, il faut qu’on s’asseye pour savoir de quoi il s’agit, pour qu’on trouve des solutions ; ce n’est pas en faisant ce que vous faites là que ça va s’arranger », a fait savoir M. Menga M’Essone.

Le dialogue d’environ 30 minutes a débouché sur l’organisation des réunions d’explications dès ce mercredi au lycée technique Omar Bongo, à celui de Sibang, à l’Ecole professionnelle d’informatique (EPI) et dans bien d’autres. Le ministre a promis être à l’écoute et faire preuve de pédagogie pour trouver une solution idoine. Ces élèves grévistes réclament également le paiement de plusieurs trimestres d’arriérés de bourses scolaires.

Sydney IVEMBI

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *