PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE

Malinga : Entre l’antiquité et modernisme (Reportage de Sydney Ivembi)

Malinga : Entre l’antiquité et modernisme (Reportage de Sydney Ivembi)
image_pdfimage_print

 L’entrée de la comme de Malinga

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Erigée en commune de plein exercice en 1996, Malinga est l’une des localités de la province de la Ngounié  qui ressemble à un grand village. La ville est dépourvue presque de toutes les commodités d’usages.  Pas d’eau potable ni d’électricité. Son dénuement est   favorisé par l’inexistence  d’une route pratique à toutes saisons.

 

 

 

Malinga se loge aux confins de la province de la Ngounié. Elle se distend d’environ 900 km de Libreville. A l’entrée de la localité se dresse des poteaux électriques. Ceux-ci jonchent tout le périmètre urbain, donnant   ainsi l’aspect d’une véritable ville. Mais le désarroi des visiteurs ne se cache pas longtemps une fois le soleil couché. Dès la tombée de la nuit,  la localité est plongée dans une obscurité totale. Les habitants résignés se retirent petit à petit chez eux en attendant le levé du jour.

 

 

 

Le cycle est sans discontinu depuis l’implantation en 1996 des dits poteaux électriques devenus, des objets de décoration dans la ville. Selon certains natifs de la localité, le groupe électrogène installé pour l’éclairage public  et alimenter  les ménages ne fonctionne pas depuis plus de 18 ans. Le problème de ravitaillement en Gasoil se pose avec acuité. Même quelques hommes politiques de la localité qui mettaient de temps en temps  la main dans la poche pour l’achat du carburant se sont découragés. Tellement l’entretien de ces installations électriques couteraient très cher.

 

 

L’eau potable est également une chimère à Malinga. Les populations se désaltèrent avec les eaux des puits ou  de  source. La  source de Biranda et celle de  Lehoumbi permettent de pallier la carence en eau. Les risques des  maladies microbiennes sont grands. Les pompes hydrauliques villageoises érigées depuis plusieurs années n’ont jamais fonctionné.

 

 

 

La tronçon Rébé-Lepoye et Malinga est complétement délabrée
La tronçon Rébé-Lepoye et Malinga est complétement délabrée

Le manque de route carrossable n’est pas en reste dans le dénuement  de Malinga. Pendant la saison de pluie,  quelques rares transporteurs qui fréquentent souvent  la localité n’osent plus s’y aventurer à cause des pannes provoquées sur leurs véhicules  par l’état piteux de la route. La latérite laisse la place aux bourbiers.  Ainsi, la pratique des activités génératrices de revenus et autres commerces est difficile pour les 5 000 âmes qui vivent dans le département de la Louetsi-Bibaka.

 

 

A Malinga, il n’y a pas d’opérateurs économiques  pour sédentariser les bras valides qui quittent par vagues successives la localité. L’exode rural a conquis la  paisible commune au climat tempéré. A côté du marché de fortune situé au centre de la localité, il y’a un  seul magasin détenu par  un ouest-africain du nom de Kalifa.  Les étals du  petit marché municipal sont presque vides. On y trouve souvent quelques bâtons de manioc, taros, bananes et autres fruits de brousse. Une faible quantité  des produits qui ne dure pas sur le marché.

 

 

D’après les autochtones, Malinga est approvisionné  à plus de 70% par les produits de toute sorte, provenant du Congo-Brazzaville, un pays limitrophe de 4 km de  la localité. Il s’agit plus des  produits agricoles écoulés à bon marché. Les multiples difficultés susmentionnées semblent ébranler le moral des habitants de Malinga, devenus paresseux. Ces derniers ne cultivent pas la terre comme il se doit malgré  de nombreuses étendues des terres arables dont dispose le département de la Louetsi-Bibaka.

 

 

Sydney IVEMBI

 

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

4 Commentaires

  1. Sow Alfousseyni

    Franchement le problème de cette population me touche très profondement ce beau pays ou j, ai passé une bonne partie de ma vie ( de1988 a 2003 )

    Reply
  2. LIBERTE

    oh Malinga, ville frontalière qui devrait etre un paul attractif, mais le sang aux yeux fautes de pleurer tous les jours. Ali en 7 ans tu pouvais faire ses quelques km MBIGOU – MALINGA, déjà la société ACCIONA s’y était déjà installé pour la construction du barrage hydroélectrique, mais faute de non paiement, elle a dû stoppé les travaux, bien sur ce phénomène devient presque traditionnel au GABON.

    vous alleez perdre des voies dans cette localité, et je battrerai contre vous farouchement.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *