PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

’’Maintenir Sassou au pouvoir pour donner une identité aux congolais…’’ (Alain Akouala Atipault)

’’Maintenir Sassou au pouvoir pour donner une identité aux congolais…’’ (Alain Akouala Atipault)

Brazzaville, Congo (Gabonactu.com) – Le ministre congolais des zones économiques spéciales (ZES), Alain Akouala Atipault a estimé la semaine dernière qu’il était salutaire de laisser le général Denis Sassou Nguesso au pouvoir aussi longtemps qu’il le faudra afin qu’il lègue au Congo et aux congolais une identité.

Le ministre congolais a tenu ces propos à Œil d’Afrique pour justifier son soutien à la révision constitutionnelle que refuse la plupart de ses concitoyens.

Celle-ci vise surtout à redonner au général Sassou Nguesso qui a déjà fait deux mandats, la possibilité de briguer un troisième, voire plus.

Selon Alain Akouala Atipault, « le président Denis Sassou Nguesso n’est plus dans une posture de conquérant du pouvoir pour le pouvoir. Il n’est pas non plus fatigué du pouvoir mais il est plutôt dans une position de lègue historique. Le président Sassou va léguer l’identité congolaise à ses concitoyens. L’identité du Congo qui, en 1997, était proche de la disparition ».

Le ministre, membre du parti congolais du travail (PCT) et proche de Sassou affirme que le Congo est arrivé à un moment clé de son histoire où tous devraient tirer des leçons des dysfonctionnements antérieurs.

Depuis trois ans, il estime que améliorer les performances de la gouvernance publique dans un monde où la compétition industrielle est rude, il ne faudrait plus que le président soit omnipotent ; il ne doit plus présider, diriger le gouvernement au même moment qu’il est le chef de l’Etat.

« Il nous faut la création du poste de premier ministre. Le président doit déléguer. Il y a des décisions au niveau de la gouvernance économique qui méritent qu’ils soient délégués au près d’un premier ministre afin qu’il soit responsable de l’action de son gouvernement face au parlement. Aujourd’hui nous constatons aussi que ce régime fortement présidentialisé a fait qu’il y a depuis près de douze années un déséquilibre institutionnelle entre l’exécutif et le législatif. Il arrive des fois lors des débats ou questions au gouvernement des ministres qui ne viennent pas répondre aux attentes des parlementaires qui sont pourtant élus par le peuple. Nous avons estimé au niveau du PCT qu’il fallait équilibrer tout cela », a-il indiqué.

Pourtant la constitution congolaise du 15 mars 1992, héritage de la conférence nationale souveraine de 1991, avait prévu une vraie séparation de pouvoirs et l’ancien président démocratiquement élu, Pascal Lissouba, renversé en 1997 par un coup d’Etat de Sassou Nguesso ayant abouti à une guerre civile avait un premier ministre constitutionnel durant les cinq ans de son mandat.

En vue de confisquer les pouvoirs et d’asservir les congolais, Sassou et ses camarades politiques ont jugé utile de réviser la constitution en supprimant les postes de premier ministre et de ministre de la Défense. La même constitution a révisé la durée des mandats présidentiels à 7 ans contre 5 ans auparavant et limitait l’âge maximum des candidats à 70 ans. Or, Sassou, réellement né au milieu des années 40 aura plus de 70 ans en 2016.

Ce qui implique nécessairement une agitation autour de la même constitution qui, il y a dix ans, était taillée sur sa mesure.

 

Michel OBOYI

Source: Œil d’Afrique

Photo: DR.

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/maintenir-sassou-au-pouvoir-pour-donner-une-identite-aux-congolais-alain-akouala-atipault">
Twitter