PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

L’hôtel Maisha scellé par les impôts, 4 milliards à payer en 8 jours

L’hôtel Maisha scellé par les impôts, 4 milliards à payer en 8 jours

Chantal Myboto Gondjout montrant à la presse, l’autocollant et la chaine qui verrouillent l’entrée de son hôtel @ Gabonactu.com

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – La Direction générale des impôts (DGI) a placé des scellés sur l’entrée principale de la résidence hôtelière Le Maisha pour exiger le paiement d’une somme de 4,2 milliards de FCFA dans le cadre d’un redressement fiscal, a constaté un reporter de Gabonactu.com

 

« Ils ont placé les scellés entre 19 heures et 20 heures », a déclaré à la presse, Chantal Myboto Gondjout, patronne de cette résidence hôtelière autrefois considérée comme la meilleure adresse pour un séjour tranquille à Libreville.

Les palabres ont débuté au mois de février. La DGI avait adressé une correspondance à l’entreprise pour notifier un redressement fiscal de 4,2 milliards de FCFA pour les exercices cumulés de 2012 à 2015.

« Nous avons tenté de négocier mais le directeur général des impôts nous a fait savoir qu’il ne peut pas nous consentir de réduction », a indiqué Mme Myboto Gondjout.

« Et pourtant d’autres entreprises qui ont fait l’objet de redressement judiciaire ont bénéficié des réductions », a-t-elle expliqué.

Chantal Myboto Gondjout a tout de suite soutenu que ce redressement fiscal est un règlement de compte. « On a fait ça à cause de mon combat politique », a-t-elle insinué.

Une vue extérieure de la résidence @ Gabonactu.com
Une vue extérieure de la résidence @ Gabonactu.com

« Cette résidence hôtelière s’appelle Maisha soit le 2ème prénom de ma fille. Ceci explique cela », a-t-elle dit. Sa fille Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, demie sœur du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, poursuit son frère devant la justice française pour affiliation douteuse avec leur père Omar Bongo Ondimba.

« Ils croient m’atteindre. Mais non ! Ils se trompent. Ils font plutôt du mal aux gabonais qui sont employés ici », a fulminé Myboto Gondjout très remontée par le verrouillage de son entreprise.

« Je poursuivrai mon combat, celui de la libération du Gabon », a-t-elle lancé s’adressant directement à la présidence de la République qu’elle accuse d’avoir instrumentaliser la DGI.

Le Maisha emploie une soixantaine de travailleurs en majorité des gabonais. L’établissement a perdu son prestige depuis que sa patronne a viré dans l’opposition au début des années 2000. Le cadre reste cependant agréable et bien tenu.

« Nos comptes sont suivies par un cabinet réputé. Nous contestons ce redressement », a martelé Mme Myboto Gondjout.

 

En 2012, l’équipe de Canal+, au Gabon pour couvrir la CAN 2012,  avait implanté son QG dans cette résidence dotée d’une piscine et située sur le front de mer.

 

Carl Nsitou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. gueniot

    Juste retour ! C. Myboto oublie que « sa » propriété a été arrachée par son amant à une famille afin qu’elle puisse la transformer en hotel

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/lhotel-maisha-scelle-par-les-impots-4-milliards-a-payer-en-8-jours">
Twitter