PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

L’Etat a sorti les kits d’enrôlement des électeurs pour recenser les fonctionnaires

L’Etat a sorti les kits d’enrôlement des électeurs pour recenser les fonctionnaires

Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé durant son enrôlement  ©  Com Gouvernementale

Le gouvernement gabonais a sorti les kits d’enrôlement des électeurs fournis par le controversé groupe français Gemalto, réputés anti-fraudes, pour organiser un véritable recensement biométrique de ses fonctionnaires.

Les fonctionnaires qui s’étaient déjà fait enrôler sur la liste électorale se rendront compte. Le matériel utilisé ressemble bien aux kits livrés par Gemalto. Une valise contenant un ordinateur, un scanner, un appareil photo et bien d’autres petits accessoires.  


Ces équipements mettent probablement à mal tous les fonctionnaires qui vivent hors du pays pour des raisons personnelles mais continuent de percevoir indument leur salaire. A défaut de revenir au pays, beaucoup auraient envoyé par courrier expresse leur dossier pour se faire recenser.

« C’est un devoir en tant que fonctionnaire et c’est plus qu’un devoir en tant que premier responsable de l’administration gabonaise. Donc j’ai tenu à montrer l’exemple et à donner le top de la deuxième phase de recensement. Il y a eu une première phase où nous avons collecté les données maintenant nous sommes à la deuxième où nous allons confronter ces données avec nos données biométriques. J’ai tenu à être le premier de cordée, à lancer cette opération. Maintenant, j’invite tous les membres du gouvernement et toute l’administration à se mettre derrière moi pour la réussite de cette opération », a indiqué le Premier ministre qui a lancé cette phase de collecte des données biométriques.

Il sera donc difficile pour les fraudeurs d’envoyer leurs empreintes digitales par la poste ou courrier express.  

Débutée ce lundi 30 septembre à la Présidence de la République, la Primature et dans sept ministères dont la Fonction publique, les Mines, la Communication ou encore l’Agriculture, la phase de collecte des données biométriques du recensement des agents de l’État s’étendra prochainement dans les autres administrations.

Il est question pour l’Etat gabonais d’avoir une idée exacte de la situation de chaque fonctionnaire. En filigrane, Libreville veut démasquer les faux fonctionnaires pour faire des économies.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter