PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Le gouvernement gabonais tente de calmer la tempête soulevée par les femmes

Le gouvernement gabonais tente de calmer la tempête soulevée par les femmes

Rigobert Ikambouaya Ndeka durant l’entretien ©  Gabonactu.com

Libreville, 23 juin (Gabonactu.com) – Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rigobert Ikambouayat Ndeka, dans une interview exclusive à Gabonactu.com, a tenté de calmer la tempête soulevée par les femmes à la suite de la « suppression » du ministère de la Femme lors du dernier remaniement du gouvernement intervenu le 10 juin dernier.

« Les politiques publiques relatives à la promotion et la protection des femmes dans notre pays restent une priorité publique », a souligné le membre du gouvernement.

« La dénomination ministère de la femme ou de la famille n’existe certes plus, mais il faut noter que les politiques relatives à la femme sont désormais gérées par le ministère de l’Economie et des Finances chargé des Solidarités nationales », a-t-il expliqué, précisant que le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, tient toujours à la décennie de la femme lancée en 2015 et à l’accès des femmes dans les différents cercles de décision.

« La suppression du ministère dédié à la femme fait suite à la réduction de l’équipe gouvernementale à cause de la crise économique et aux pressions des bailleurs de fonds », a justifié M. Ikambouayat Ndeka.

Le 10 juin dernier, le gouvernement gabonais remanié est passé de 38 à 29 ministres y compris le Premier ministre.

Les Gabonaises réunies au sein du Réseau panafricain des femmes pour la paix et le développement durable ont dénoncé un « machisme d’Etat », un « oubli, une volonté de marginaliser ou d’infantiliser les femmes ».

Possible audience avec le ministre de la Communication

« Pour moi c’est la preuve d’un machisme d’Etat. (Silence, ndlr). Un machisme d’Etat », s’est désolée l’universitaire et écrivaine gabonaise Honorine Ngou.

« Nous ne nous mettons pas en rébellion contre l’Etat. Nous sommes dans le plaidoyer et espérons qu’ils vont comprendre qu’il y a une erreur qu’il faut vite corriger », a précisé Victoire Lasseni Duboze, présidente du Réseau panafricain des femmes pour la paix et le développement durable, ancienne ministre de la Famille et ex-égérie de la République sous Omar Bongo Ondimba.

Selon une source bien informée, Rigobert Ikambouayat Ndeka recevra ces femmes ce lundi ou ce mardi.

Carl Nsitou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin EscortWP Theme

live tv

eskişehir escortsefamerveankara escort
escort99.com