PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Le CCVISM vent debout contre le phénomène ‘’Wally’’

Le CCVISM vent debout contre le phénomène ‘’Wally’’

Les révélations faites par la jeune Wally ne laissent pas la société indifférente. En plus des messages de dénonciations, des collectifs se mettent en place pour réclamer justice pour ces filles qui se voient voler leur innocence. C’est le cas du CCVISM qui réunit plusieurs mères et personnalités publiques.

Consciente que Wally n’est qu’une victime parmi tant d’autres, plusieurs personnalités féminines d’horizons divers n’entendent pas laisser perdurer ce phénomène qui fait le lit aux violences sur mineurs et leur rappelle la lutte qu’elles mènent contre les violences faites aux femmes. Pour dénoncer sans vergogne et mettre à nu tous ces bourreaux de jeunes innocentes, elles se sont regroupées autour d’un Collectif citoyen contre les violences sexuelles sur mineur (CCVISM).

« Nous devons agir pour que cessent les violences sexuelles sur nos enfants et briser le silence pour les protéger ». « Aucun d’eux n’est à l’abri de ces prédateurs. Il y a trop de Wally dans notre pays ». « Ce sont des hommes que nous connaissons, que nous côtoyons et parfois qui nous sont proches qui détruisent les fruits de nos entrailles! », a  clamé Eliane Frida Mindoungani, porte-parole du collectif qu’entouraient d’autres membres Christine Soro, Scholastique Ayoli, Yleine Lechambou et  autres.


En effet, les révélations faites par la jeune Wally âgée de 13 ans, abusée sexuellement selon elle, par un quadragénaire nommé Alexis Ndouna, ne laissent pas la société indifférente. Comme des milliers des gabonais,  ces femmes réclament  justice.

« Le traumatisme des agressions sexuelles subies durant l’enfance ont des répercussions sur nos relations d’adultes. Comme un groupe de pressions, nous agirons pour attaquer toutes les strates de ces réseaux pernicieux », a indiqué  Rose Ogouebandja, présidente de l’association Golden Women.

« Wally peut être notre petite fille, notre fille ou notre petite sœur. Ensemble disons non aux Abus sexuels sur mineurs ! Peut-on lire sur un poste de Camélia Ntoutoume, conseiller du premier ministre.

Pour l’opinion, la  justice gabonaise n’inspirer jamais confiance dans le règlement des affaires impliquant les hautes personnalités du pays. Une justice qui est une fois de plus mise au pied du mur.

Lisa Mboui

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin Escort * WP Theme *

live tv

* eskişehir escort * sefamerve * ankara escort