PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

L’ANPN n’est pas complice du trafic de 200 kg de pointes d’ivoire saisies au Cameroun

L’ANPN n’est pas complice du trafic de 200 kg de pointes d’ivoire saisies au Cameroun

La cargaison saisie au Cameroun @ DR

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) n’est pas complice de trafic des pointes d’ivoire gabonaises saisies récemment au Cameroun, soutient un communiqué transmis à Gabonactu.com

 

Dans un poste sur sa page fabook, Marc Ona Essangui, défenseur de l’environnement a clairement demandé des explications au gouvernement et à l’ANPN sur les conditions de sortie du territoire de ces pointes d’ivoires pourtant répertoriées de façon officielle.

 

« Je veux bien que l’on veuille me donner des explications sur le vol et le détournement de ces pointes d’ivoire. Nous avons des pointes saisies en 2015 au mois d’aout dans l’Ogooué Lolo et les pointes saisies dans d’autres provinces. Si tel est que ces pointes ont été volées ou détournées et où? Pourquoi l’ANPN et le ministère n’ont pas signalé le vol et le détournement, comment se fait-il que cette cargaison quitte le Gabon sans que les auteurs ne soient inquiétés et ce n’est qu’au Cameroun que les agents mettent la main sur cette cargaison. Ni l’ANPN, ni le ministère ne signale le vol ou le détournement. Nous attendons des explications claires pas de l’enfumage », a écrit l’environnementaliste.

 

Dans un communiqué publié jeudi à Libreville, la direction de l’ANPN soutient que le stock d’ivoires saisi au Cameroun ne provient pas du stock national sécurisé.

 

L’ANPN confirme qu’elle gère avec la collaboration de la DGFAP, le stock d’ivoires national dans un container sécurisé avec des gendarmes armés. Les procédures d’ouverture et de fermeture nécessitent la présence d’un responsable des deux administrations.

 

Cette procédure est doublée d’un système déclencheur qui appelle automatiquement les numéros de tous les responsables de I’ANPN et de la DGFA. Une caméra infrarouge est également installée à l’entrée du container pour détecter tout mouvement.

Les numéros d'inventaire retrouvés sur les défenses d'ivoire @ DR
Les numéros d’inventaire retrouvés sur les défenses d’ivoire @ DR

En outre, une base de données est intégrée à plusieurs ordinateur et tablettes en réseau qui enregistrent toutes les entrées d’ivoires disposant d’un code. Ainsi, tous les partenaires nationaux et internationaux sont automatiquement informés de tous les mouvements.

 

Les ONG Conservation et Justice ainsi que Stop lvory opérant au Gabon sont informés de la gestion du stock national en temps réel.

 

On rappelle que la marine camerounaise a saisie 200kg des pointes d’Ivoires en provenance du Gabon. La cargaison se trouvait dans une embarcation dénommée « Le Cotonou ». Une  quarantaine de personnes de nationalités différentes, (Nigéria, Togo, Bénin et Niger) à bord. Elles étaient en escale à Ebodje (département de l’Océan, Cameroun) pour un approvisionnement en carburant. Chaque pointe d’ivoire portait un numéro d’inventaire attribué par les autorités gabonaises.

 

Les ONG locales s’interrogent comment des défenses d’ivoire sous contrôle se sont retrouvées hors du pays.

 

Martin Safou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/lanpn-nest-complice-trafic-de-200-kg-de-pointes-divoire-saisies-cameroun">
Twitter