PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La stratégie de la COMHAFAT pour lutter contre la piraterie maritime en Afrique

La stratégie de la COMHAFAT pour lutter contre la piraterie maritime en Afrique

Les experts de la COMHAFAT posant pour la postérité à Tanger le 22 octobre  ©  Com COMHAFAT

Les experts venus des pays africains dont le Gabon ont planché et élaboré une stratégie  durant deux jours (21 et 22 octobre) à Tanger au Maroc sur l’épineuse question relative de la piraterie maritime dans la zone d’intervention de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les Etats africains riverains et de l’océan atlantique (COMHAFAT).

 

En dépit des stratégies mises en place par de nombreux Etats africains pour lutter contre la piraterie maritime, le phénomène ne cesse de s’amplifier.  Deux ans après l’adoption d’une stratégie contenue dans  » la déclaration de Tanger », les pays membres de la COMHAFAT étaient à nouveau réunis pour discuter de la problématique de l’éradication de la piraterie maritime.


Il s’est agi pour les participants de répondre à la question :  » Quelles solutions pour éradiquer la piraterie maritime dans la zone COMHAFAT ? ».

La réunion de Tanger a donc permis à chaque Etat de présenter ses particularités en vue de permettre à la COMHAFAT de définir la stratégie de riposte adaptée à chaque cas.

Le constat est alarmant. Dans le Golfe de Guinée, par exemple, devenu la deuxième zone la plus dangereuse du monde, après le Golfe d’Aden, le responsable des programmes à la COMHAFAT, Abdenaji Laamrich a dépeint un tableau sombre. Selon les statistiques, 293 attaques ont été recensées en 2011, 200 en 2018 dans le Golfe de Guinée. Elles se caractérisent, entre autres, par la destruction d’embarcations, des prises d’otages avec des demandes de rançons.

Les causes, elles, varient selon les zones : la forte attractivité des nombreuses ressources halieutiques de la zone, la course au pétrole, l’instabilité politique de certains états, la faiblesse des moyens de protection ou de riposte, la forte circulation des armes, les disparités des politiques nationales de lutte contre la piraterie, la faible coopération entre États.

La piraterie moderne désigne l’ensemble des activités maritimes illégales, en regard des lois internationales. Ces activités, fondées sur la violence et la contrainte. Ils comprennent l’enlèvement de personnes avec demande de rançon, le vol, le meurtre et le sabotage. Au fil des années, les pirates affinent leurs méthodes, modernisent leurs moyens et multiplient leur sphère informelle d’influence. Une lutte plus acharnée, massive et concertée.

Lisa Mboui

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin Escort * WP Theme *

live tv

* eskişehir escort * sefamerve * ankara escort