PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La SEEG réalise un chiffre d’affaires de 219 millions de FCFA en 2018

La SEEG réalise un chiffre d’affaires de 219 millions de FCFA en 2018

Le président du conseil d’Administration de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), Pierre Sokat, a annoncé mardi à l’issue de la réunion du Conseil d’administration que la SEEG qui a le monopole de la distribution de l’énergie et d’eau au Gabon a réalisé un chiffre d’affaires de 219 millions de FCFA en 2018.

 » Nous sommes heureux de constater que l’année 2018 a été meilleure que 2017. Nous avons enregistré un résultat positif de 219 millions de francs CFA. Nous sommes sur une pente ascendante pour essayer d’atteindre les objectifs que nous ont assigné les plus hautes autorités. Nous sommes donc sur la bonne voie « , a-t-il dit sans rappeler le chiffre d’affaires de 2017.

« Cette performance a été le fruit d’actions plus ciblées, des équipements plus grandes et des actions commerciales plus affirmés », a-t-il précisé.


« Nous travaillons pour être plus proche de nos consommateurs et leur apporter un service de qualité », a renchéri le Directeur général de la SEEG, Bernard Gervais de Souza.

Le conseil d’administration de ce mardi a aussi procédé à l’examen du programme d’activités de l’année 2019, afin d’apprécier les résultats à mi-parcours obtenus au premier semestre et de dégager les tendances et les actions pour un atterrissage conforme aux objectifs.

Enfin, le conseil a passé en revue les éléments classiques se rapportant à la gestion de l’entreprise et à ses perspectives, pour offrir aux clients un service public amélioré.

Pour un meilleur avenir, la SEEG envisage créer de nouveaux services de proximité, notamment la construction de nouvelles agences et la mise en service de nouveaux équipements en matière d’eau.

La SEEG est une entreprise publique gabonaise. L’Etat en avait cédé la gestion durant 21 ans (1997-2018) au groupe français Veolia, actionnaire majoritaire avec 51% des actions. Véolia a été chassé du pays en 2018 suite à des nombreuses plaintes des consommateurs sur une qualité médiocre mais très chère du service.

L’Etat a repris la gestion de son entreprise à l’issus d’un règlement amiable avec le groupe français.

Antoine Mayombo

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn