PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La rupture d’un câble électrique à l’origine d’un week-end perturbé à Libreville

La rupture d’un câble électrique à l’origine d’un week-end perturbé à Libreville

 

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – La rupture d’un câble électrique a été à l’origine des perturbations constatées à Libreville en matière de distribution d’eau et d’électricité, annonce le service de communication de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG).

 

La panne est intervenue le samedi 17 octobre 2015 à 13h31, sur la ligne haute tension Bisségué / Kinguélé et Tchimbélé, selon un communiqué de la SEEG.

 

Cette panne fait suite des « ruptures accidentelles » des « brins du conducteur actif du câble, situés entre les pylônes 648 et 649 (…) causant ainsi l’absence d’alimentation du réseau interconnecté de Libreville », précise le communiqué.


SEEG 2

Les travaux de réparation de la ligne se sont achevés le dimanche 18 octobre 2015. Le retour en schéma normal de fonctionnement est intervenu à 16h16 avec la réalimentation en électricité du dernier client, ajoute le même texte à travers lequel la société présente ses excuses à ses aimables clients.

 

Cette panne n’a pas été le plus important du réseau à Libreville. La dernière coupure d’eau et d’électricité la plus grave était survenue à Libreville dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 octobre 2014. Toute la ville ou presque était privée d’eau, d’électricité et d’Internet. Les banques, les administrations publiques et privées étaient paralysées. Libreville s’était presque arrêtée au grand désarroi de ses habitants.

 

Un incident technique au niveau d’un transformateur était à l’origine de ce black-out.

 Depuis cette date la SEEG a  multiplié les efforts pour limiter ce genre d’incidents mais la nature assez hostile dans la région de Libreville et ses environs se révèle parfois imprévisible. 

 

Octobre correspondant au Gabon au grand retour des pluies avec tout ce qu’elles entrainent comme orages. Les barrages hydroélectriques de Tchimbelé et Kinguelé étant les principales d’énergie de Libreville et ses environs, des ONG ont toujours suggéré la création d’une seconde voie de transport d’énergie mais l’Etat et son concessionnaire la SEEG n’ont pas encore réalisé les investissements nécessaires pour sécuriser l’alimentation de la capitale.

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn