PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La première greffe de pénis au monde réussie par des chirurgiens sud-africain

La première greffe de pénis au monde réussie par des chirurgiens sud-africain

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Des médecins sud-africains viennent de révéler avoir réalisé en décembre dernier, la première greffe de pénis au monde. Le patient, âgé de 21 ans, avait perdu son organe suite à des complications survenue après une circoncision.

La médecine progresse à grand pas dans le domaine des greffes d’organe. Après qu’une Suédoise a réussi à donner naissance à un enfant grâce à une transplantation d’utérus, c’est une autre opération délicate à laquelle se sont attaqués des chirurgiens sud-africains : une greffe de pénis. L’intervention a eu lieu en décembre 2014 mais les médecins ont préféré attendre quelques mois avant de l’annoncer.

D’après les informations communiquées, le patient est un jeune homme de 21 ans dont le pénis avait dû être amputé, il y a trois ans, suite à une circoncision. Cette pratique est considérée comme un rite de passage pour les Sud-africains atteignant l’âge adulte, toutefois, elle n’est pas toujours réalisée dans des conditions adéquates ou par des personnes habilitées, ce qui conduit parfois à de graves complications.

Ainsi, le patient avait souffert d’une infection puis d’une gangrène qui a nécessité l’amputation. D’après les spécialistes, quelque 250 hommes perdraient leur pénis dans des conditions similaires chaque année en Afrique du Sud. « C’est une situation très sérieuse. Pour un jeune homme de 18-19 ans, la perte du pénis peut être profondément traumatisante », a expliqué le professeur Andre van der Merwe de l’Université de Stellenbosch.

Une opération de neuf heures

C’est donc pour venir en aide au jeune homme, resté anonyme, que les chirurgiens ont tenté l’opération à l’hôpital de Tygerberg à Cape Town. Au total, cette dernière a duré pas moins de neuf heures et impliqué une large équipe de plusieurs spécialistes. L’organe provenait d’un homme récemment décédé et ayant fait don de ses organes, y compris son pénis.

Au cours de l’intervention, les médecins se sont appliqués à greffer l’organe à l’aide de la chirurgie microscopique, afin d’y connecter les vaisseaux sanguins et les nerfs. Une telle opération avait déjà été tentée il y a quelques années en Chine. Mais le patient âgé de 44 ans et sa femme avaient eu une « sévère réaction psychologique » qui a obligé les chirurgiens à amputer de nouveau l’organe deux semaines plus tard, d’après NBC News.

Aujourd’hui, ce serait donc une première que les chirurgiens sud-africains ont réalisé. Trois mois plus tard, le patient se porte bien et a même recouvré ses pleines fonctions, parvenant à uriner et avoir une sexualité normale avec son nouvel organe, d’après les médecins qui ne s’attendaient pas à une telle réussite. Avant l’opération, ils pensaient qu’un rétablissement complet prendrait au moins deux ans.

« Une avancée majeure »

« C’est une avancée majeure. Nous avons prouvé que cela peut être réalisé – nous pouvons donner à quelqu’un un organe qui est juste aussi bien que celui qu’il avait« , a commenté le professeur Frank Graewe, qui a participé à l’opération. « Ça a été un privilège de prendre part à cette première transplantation réussie de pénis au monde« , a-t-il ajouté repris par le New York Daily News.

Suite à cette réussite, les médecins prévoiraient d’opérer neuf autres patients, à condition de trouver des donneurs, ont-ils souligné. Toutefois, si la prouesse est vue comme une avancée majeure, elle a suscité des réactions mitigées en France. En effet, dans l’Hexagone, ce type d’intervention est illégal, comme l’a expliqué à France 3, le professeur François Desgranchamps.

« Techniquement, la transplantation de verge est une opération assez simple et les chirurgiens français ont largement la compétence pour le faire. Si ce n’est pas fait, c’est parce que c’est interdit pour des raisons éthiques, puisque pour pouvoir accepter cet organe greffé, le malade doit recevoir un traitement lourd qui baisse ses défenses immunitaires, ce qui l’expose à des infections et même à certains cancers« , a souligné le chef du service d’urologie et de transplantation de l’hôpital Saint Louis APHP.

En plus des conséquences de l’opération, les spécialistes s’inquiètent aussi des dérives que pourrait avoir l’autorisation d’une telle pratique. Cela pourrait engendrer une forte demande dont la motivation serait parfois plus esthétique que médicale.

 


Source : Maxisciences.com

 Photo : DR.

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/la-premiere-greffe-de-penis-au-monde-reussie-par-des-chirurgiens-sud-africain">
Twitter