PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La grève se complique dans l’audiovisuel public gabonais

La grève se complique dans l’audiovisuel public gabonais

Le Syndicat des professionnels de la communication (SYPROCOM) a décidé mardi de durcir sa grève déclenchée le 2 octobre dernier pour obtenir une clarification sur l’utilisation et la répartition de la Redevance audiovisuelle et cinématographique (RAC), mise en place grâce à leur pression pour renflouer les caisses de l’audiovisuel public gabonais qui baigne dans une précarité ahurissante.

Dans un laconique communiqué mardi soir, le SYPROCOM estime que les négociations prévues ce mardi avec le ministre de la Communication n’ont pas permis d’avancer sur la question. Il a donc décidé de réduire le service minimum à la Radio et la Télévision d’Etat.

Sur les antennes de la télévision nationale par exemple, les journaux de 20 heures et 13 heures exemptés lors du déclenchement de la grève ne seront plus diffusés que durant 10 minutes. Le journal de 23 heures reste supprimé. Les tranches publicitaires sont maintenues alors que tous les autres programmes sont mis en standby.


Le même régime à sec est imposé aux auditeurs de Radio Gabon, la radio la plus écoutée du pays.

Le SYPROCOM veut un historique complet sur l’utilisation de la cagnotte de la RAC qui générerait 200 à 300 millions de FCFA par mois. La redevance fixée à 500 FCFA est prélevée auprès de tout citoyen qui renouvelle son abonnement aux chaînes de télévision câblées.

Le syndicat, exige, par ailleurs, la clarté sur les recettes propres générées par l’audiovisuel public à travers la publicité.

« Notre secteur génère autant d’argent mais la pauvreté et la misère sont palpables dans les couloirs et les studios de la radio et la télévision nationale », a suffoqué la syndicaliste maison, Aminata Nzomba, lundi dans une interview accordée à la presse locale.

Carl Nsitou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter