PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La grève des taxis paralyse la circulation à Libreville et ses environs

La grève des taxis paralyse la circulation à  Libreville et ses environs

Les usagers attendent en vains des taxis à l’échangeur d’Awendjé dans le 4ème arrondissement de Libreville le 5 février  @ Gabonactu.com

 

Libreville, 5 février (Gabonactu.com) – Le Syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon(SYLTTEG), principal syndicat regroupant plusieurs milliers de taxis exerçant à Libreville et dans les villes voisines (Owendo et Akanda), a lancé lundi une grève de protestation contre l’augmentation constante  des  prix du carburant à la pompe et  des  rackets policiers, deux phénomènes   auxquels sont confrontés quotidiennement les taximen.

 

La grève baptisée  « journée zéro transporteur » a été largement suivie par les taximen. La commune de Libreville était presque paralysée.  Les taxis se faisaient rares. Les usagers étaient obligés de s’accrocher aux automobilistes particuliers pour se déplacer. Mais il fallait proposer  une bonne somme d’argent (1000,3000 et 5000 FCFA) pour   espérer être embarqué.

 

La situation était plus difficile pour les dizaines des milliers  d’élèves qui comptent la capitale gabonaise. Sous un soleil de plomb matinal, les élèves  ont été contraint à la marche, peu importe la distance.   « J’ai un devoir de classe aujourd’hui, je suis obligé de faire la Moïse »,  a confié à Gabonactu.com, un élève du lycée technique,  complètement trempé de sueur.  La Moïse en langage trivial signifie la marche forcée.

Le SYLTTEG exige du gouvernement de revoir sans délai à la baisse le prix de l’essence  qui est passé de 605 FCFA à 620 FCFA et celui de Gasoil de 540 à 560 pour dit-il éviter l’asphyxie du secteur transport urbain dans le pays. Cette dernière  hausse des tarifs,  a été décidée le 31 janvier dernier par la Commission nationale des prix des produits pétroliers.

 

Dans un point de presse lundi, le président du SYLTTEG Robert Menié a dénoncé les pratiques aux allures mafieuses, tendant à tuer l’activité du transport urbain au Gabon.  «Nous faisons face à une augmentation exponentielle du phénomène du racket. Nous n’en pouvons plus. Les policiers ont multiplié des postes de péage partout dans les villes de Libreville, Akanda et Owendo», a-t-il fustigé.

 

Camille Boussoughou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/la-greve-des-taxis-paralyse-la-circulation-a-libreville-et-ses-environs">
Twitter