PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

La famille du détenu Privat Ngomo donne un point de presse ce vendredi à Libreville

La famille du détenu Privat Ngomo donne un point de presse ce vendredi à Libreville

Trois mois après l’incarcération de l’activiste et homme politique proche de l’opposition, Privat Ngomo pour avoir bloqué le boulevard du bord de mer et lu un discours enflammé contre le pouvoir, sa famille biologique donne un point de presse ce vendredi matin dans un hôtel de la capitale, a appris Gabonactu.com.

Les points qui seront soulevés durant cette rencontre avec la presse ne sont pas encore connus. Un membre de la famille a confié à la rédaction de Gabonactu.com qu’il s’agira pour la famille de faire le point sur la procédure, éclairer l’opinion sur l’oubli et la situation sanitaire de cet opposant qui n’a rien cassé ni blessé personne.

« C’est un détenu politique oublié en prison« , a dénoncé un proche du prisonnier.


Le 12 juillet dernier en milieu d’après-midi, Privat Ngomo a organisé l’opération « Lumumba » pour lire devant l’ambassade de France une déclaration en barrant le boulevard du bord de mer. Privat Ngomo était aidé par une centaine de jeunes habillés de tee-shirts à l’effigie de Jean Ping.

Privat Ngomo avait diffusé en direct son discours devant l'ambassade de France
Privat Ngomo avait diffusé en direct son discours devant l’ambassade de France © capture d’écran Gabonactu.com

Privat Ngomo avait ouvertement demandé à l’ancienne puissance coloniale, la France, de reconnaître la victoire de Jean Ping à l’élection présidentielle de 2016 officiellement remportée par l’actuel chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

« Pourquoi cette France refuse-t-elle obstinément de reconnaitre depuis trois ans la victoire incontestable de Monsieur Jean Ping, de respecter le libre choix démocratique et souverain du peuple gabonais ? Pourquoi n’est-elle pas fidèle aux idéaux de démocratie, de liberté, d’égalité et de fraternité qu’elle va célébrer le 14 juillet prochain ? » avait notamment crié l’opposant qui avait apporté une banderole tenue à bout des bras par deux jeunes et un amplificateur de son.

Privat Ngomo, très proche de Jean Ping, a quitté les lieux sans être inquiété. Il a été arrêté par un détachement d’hommes habillés arrivés dans un bahut de la police après s’être éloigné du « territoire français ».

Après une garde à vue dans un commissariat, Privat Ngomo a été jeté à la prison centrale de Libreville le 16 juillet 2019 pour outrage au chef de l’Etat, atteinte à la sûreté de l’Etat et incitation à la révolte.

Daniel Etienne

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin Escort * WP Theme *

live tv

* eskişehir escort * sefamerve * ankara escort