PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Justice : l’avocate Claude Dumont Beghi présente samedi son livre sur l’héritage d’Omar Bongo

Justice : l’avocate Claude Dumont Beghi présente samedi son livre sur l’héritage d’Omar Bongo

Claude Dumont Beghi, avocate d’Ali Bongo Ondimba @ Jeune Afrique

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’avocate française d’Ali Bongo Ondimba, Claude Dumont Beghi présente ce samedi à Libreville son livre sur l’héritage d’Omar Bongo dont le titre est « Le Gabon de l’héritage au partage », paru le 7 juin aux éditions « l’Archipel », selon une invitation adressée à la presse.

 

La cérémonie a lieu à 10 heures à l’hôtel Radisson Blu de Libreville. Le livre serait une véritable plaidoirie de l’avocat en faveur de son client à quelques semaines de la prochaine élection présidentielle pour laquelle, Ali Bongo Ondimba brigue un second septennat.

 

Selon l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, l’avocate donne le ton dès le premier paragraphe de son livre. « Je vous ferai découvrir une réalité tout autre que celle distillée par les médias, le Net, les amuseurs publics, les usurpateurs, les provocateurs … et par la chaîne infinie des ignorants », écrit Claude Dumont Beghi. Et gare à ceux qui s’attaquent à son client, en justice comme en politique.

De la famille Myboto…

À commencer par la famille Myboto. Claude Dumont Beghi expose ainsi les demandes financières d’Onaida Maisha Bongo – fille d’Omar Bongo et de Chantal Myboto et petite-fille de Zacharie Myboto, président du parti d’opposition Union nationale – dans la succession d’OBO.

« Une héritière parmi cinquante-quatre – qui a légitimement droit, selon le code gabonais, à moins de 2% de la succession de son défunt père – conteste seule la succession, la filiation de son demi-frère (…) », écrit Claude Dumont Beghi, avant de s’attaquer point par point aux arguments de l’opposition concernant l’acte de naissance de son client.

… à la polémique sur les propos de Manuel Valls

Les Myoboto ne sont pas les seules personnes visées. L’avocate revient ainsi sur les propos de Manuel Valls, dont la joute verbale avec l’humoriste Jérémy Ferrari sur le plateau d’«On n’est pas couché » à la mi-janvier avait conduit le Premier ministre français à affirmer qu’Ali Bongo n’avait pas été élu « comme on l’entend ».

« Je pense que les excuses de Manuel Valls à Ali Bongo Ondimba lors de leur entrevue à Davos la semaine suivante ont apaisé la colère légitime du président gabonais.(…) La décision d’écrire ce livre, prise quelques jours plus tôt et acceptée dans son principe par la Première dame et le président de la République la veille de cette émission, a trouvé là une motivation supplémentaire », écrit Claude Dumont Beghi, fustigeant « la dénégation de l’évolution du Gabon ».

L’origine du partage de l’héritage

Si l’avocate explique dans le détail les procédures entourant la succession d’Omar Bongo et les batailles judiciaires menées et gagnées pour son client, son récit dépeint aussi son rôle de conseillère auprès du chef de l’État.

En témoigne son rôle dans la décision d’ABO de « partager l’héritage » de son père avec la jeunesse gabonaise :

« Au printemps 2015, une évidence s’impose à moi. Je m’en ouvre immédiatement au chef de l’État, au cours d’un rendez-vous dans son immense bureau et en présence de son fidèle aide de camp.
Après un compte rendu précis de mes diligences, je demande au chef de l’État si je peux lui parler, une nouvelle fois, « d’homme à homme ». Il acquiesce. Je réitère mon engagement : régler, de manière égalitaire, la succession du président défunt. En ce sens, il me semble juste qu’une partie de ce qui revient au chef de l’État soit redistribuée au peuple gabonais, notamment à sa jeunesse.
J’observe le président en même temps que lui exprime cette certitude. Son visage s’illumine avant qu’il me réponde : ‘Maître, vous lisez dans mes pensées’. »

Jolie histoire, en effet que seul son interlocuteur pourrait confirmer.

Au fil des 216 pages, l’avocate porte ainsi sa plume de la même façon qu’elle plaide au tribunal : dans l’intérêt d’Ali Bongo Ondimba.

Carl Nsitou et Jeuneafrique.com

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. ami de la verite

    le deernier mot reviendra a Dieu le dernier jour. personne ni rien ne poura empecher cette verite. Dieu nous regarde depuis la haut.On ne justifie pas la verite car elle est une force spirituelle qui jaillira d’elle meme.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/justice-lavocate-claude-dumont-beghi-presente-samedi-livre-lheritage-domar-bongo">
Twitter