PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Jean Remy Yama en fait poursuivi par un professeur d’université

Jean Remy Yama en fait poursuivi par un professeur d’université

Jean Remy Yama à sa sortie de la PJ © DR

Libreville, 28 mars (Gabonactu.com) – Le syndicaliste Jean Remy Yama a en fait été convoqué ce jeudi par la Police judiciaire (PJ) suite à une plainte contre lui déposée par un professeur d’université mécontent des critères d’attribution des logements dans le lopin de terre gracieusement mis à la disposition des universitaires par feu Omar Bongo Ondimba à Angondjè au nord de Libreville.

 

L’universitaire dont le nom n’a pas été divulgué a porté plainte à la PJ pour « abus de confiance aggravé ».


La plainte aurait été déposée en septembre dernier. L’universitaire dénonce la procédure mise en place dans l’attribution des logements déjà disponibles à Angondjè dans le lopin des enseignants chercheurs.

Jean Remy Yama et un autre enseignant chercheur sont les deux principaux gérant du projet. Chaque mois, les enseignants versent des cotisations qui permettent de poursuivre la construction des maisons. L’Etat verse également une subvention annuelle pour le succès du projet.

Les enseignants eux-mêmes veillent et apportent diverses contributions pour exécuter le projet afin de minimiser le coût des maisons.

Compte tenu de la lenteur dans la construction de ces maisons, les membres du projet ont adopté des critères pour attribuer les logements déjà construits.

« Le collègue a volontairement décidé de sortir du cadre convenu de commun accord pour se lancer dans une aventure solitaire », a déploré Jean Remy Yama au sortir de son audition à la PJ. « Je suis étonné que la plainte ne vise pas le 2ème gérant du projet », poursuit-il au micro de Gabonactu.com

 

Lundi prochain, la PJ organisera une confrontation entre les deux protagonistes. Jean Remy Yama a affirmé à Gabonactu.com qu’il ne s’est pas lui-même octroyé une maison. « Je suis encore locataire », a-t-il avoué.

La convocation n’avait pas à priori des motivations politiques. Cependant, le syndicaliste s’étonne de la coïncidence de sa convocation avec sa dernière sortie publique mercredi à la Chambre de commerce de Libreville où il a lancé des diatribes contre le pouvoir en place.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter