PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Insécurité : le Bunker de l’UOB finalement détruit

Insécurité : le Bunker de l’UOB finalement détruit

Le Bunker  de l’UOB en pleine démolition le 26 octobre à Libreville © CG

Le bunker, dénomination d’un gros bâtiment inachevé abandonné devenu au fil des ans  un repère des bandits  des grands chemins au sein de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, a été littéralement détruit, conformément aux instructions fermes du premier ministre Julien Nkoghé Bekalé.

Le  Bunker devient un simple mauvais souvenir du campus universitaire. Le bâtiment situé au cœur de l’UOB a été démoli par le Géni-militaire. A travers cette action, le gouvernement répond à des appels incessants  lancés durant des années par les étudiants de l’université Omar Bongo.


Devenu un repère de bandits et le lieu par excellence de trafic de stupéfiants, le Bunker facilitait les agressions de tous genres au sein du périmètre universitaire. Pourtant, des années plus tôt   la construction de ce bâtiment prévu abriter une bibliothèque numérique avait suscité de l’espoir pour le monde universitaire.  Mais, l’espoir s’est vite mué en cauchemar.

Mais, si cette démolition représente un soulagement pour certains dans le monde universitaire, qui ont vite fait de saluer sa concrétisation, d’autres estiment que le problème de l’insécurité est loin d’être résolu. Ils en prennent pour preuve, le nombre de bâtiments non opérationnels qui se comptent en dizaine, particulièrement la résidence universitaire de l’UOB.

« Félicitations pour cette décision concernant le Bunker mais un Bunker en cache d’autres. Ils sont à nouveau dans les pavillons. Le trafic continue », a confié à Gabonactu.com, Hans Serpi Essimengane Gahell, un étudiant se disant  scandalisé par cette destruction.

Pour lui,  ledit  bâtiment aurait pu être mis à profit pour régler la question du manque de structures.

« J’ai appris qu’on ne ferme pas un trou en creusant un autre trou et c’est exactement ce que vous faites.  Pourquoi détruire étant donné que l’UOB manque de structures. Il fallait juste mettre les moyens pour qu’il ne soit plus un bâtiment inachevé et abandonné », a-t-il relevé.

Selon le premier ministre, des actions fortes devront se poursuivre dans les prochains jours pour répondre à l’urgence de moderniser l’UOB. Une nouvelle qui réjouit le monde estudiantin.

Lisa Mboui

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin Escort * WP Theme *

live tv

* eskişehir escort * sefamerve * ankara escort