PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Inscriptions et réinscriptions dans les écoles publiques : la mafia des chefs d’établissements

Inscriptions et réinscriptions dans les écoles publiques :  la mafia des chefs d’établissements

Rentrée des classes dans une école primaire de Libreville @ DR

 

Libreville, le 14 octobre (Gabonactu.com)- Dans la note circulaire n° 000375/MEN/CAB/ME, datée du 25 septembre 2018, le ministre d’Etat en charge de l’Education nationale, Francis Nkea Ndzigue, a commis deux dispositions : la première est relative aux frais d’écolage qui, selon lui, sont gratuits dans les écoles de pré-primaire de secondaires général et technique. La seconde précise les différents montants que chaque élève inscrit doit débloquer pour le bon fonctionnement des « Mutuelles et activités socio-éducatives » de son établissement. Mais dans la pratique, les élèves et leurs parents s’alarment du système de raquette mis en place par certains chefs d’établissements

Selon la circulaire,  les frais d’écolage sont gratuits aux écoles de  pré-primaire, primaire,  secondaire général et technique ainsi que dans tous les établissements publics. Les frais de mutuelles quant eux sont fixés à  3 000 FCFA (pré-primaire), 5 000 FCFA (primaire)  et 10 000 FCFA aux  établissements secondaires général et technique.


L’application de ladite circulaire est cependant  bafouée. Le constat fait par les parents d’élèves  est amer.  Certains chefs d’établissements secondaires imposent aux parents d’élèves de débourser 13 000 FCFA au lieu de 10 000 FCFA comme indiqué dans les « nouvelles dispositions » contenues dans la note circulaire de la tutelle.

 « On ne nous délivre pas les reçus, mais plutôt les billets d’entrée qui n’indiquent pas le montant que nous avons versé », s’est indigné  Jeanine  Bithegué, une dame ayant inscrit ses trois  enfants  dans une école primaire de Libreville

Dans la note circulaire, il n’est nullement  mentionné que les étrangers doivent payer 5 000 FCFA dans les écoles du pré-primaire, 7 000 FCFA au primaire. Ils sont contraints de débourser   20 000f et 30 000 FCFA f aux secondaires général et technique.

Ces parents d’élèves qui ont pris connaissance de cette circulaire  n° 000375/MEN/CAB/ME du 25 septembre 2018 (non affichée au sein des établissements), interpellent le gouvernement afin de constituer des équipes  chargées de ramener de l’ordre au problème posé. Les responsables d’écoles en complicité avec certains ministère de l’Education nationale participeraient à entretenir le flou artistique.

 

Camille Boussoughou

 

 

 

Suivez nous et Aimez nos pages

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
escort mersin konya escort mersin bayan escort mersin escort canlı tv izle erotik film izle