PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Harcèlements judicaires sur le journaliste Brice Gotoa par AXA : la HAC attire l’attention du Procureur de la République

Harcèlements judicaires sur le journaliste Brice Gotoa par AXA : la HAC attire l’attention du Procureur de la République

 Le Président de la HAC, Raphaël Ntoutoume Nkoghé (costume beige) posant pour la postérité avec quelques conseillers membres© Archives Gabonactu.com

Libreville, 1er mars (Gabonactu.com) – Le Président de la Haute autorité de la communication (HAC), Raphaël Ntoutoume Nkoghé a dans une lettre, attiré l’attention du Procureur de la République près du tribunal de première instance de Libreville, Olivier Nzahou sur les harcèlements judiciaires à répétition dont fait l’objet le journaliste du média en ligne « Direct Infos Gabon », Mesmin Brice Gotoa dans une affaire floue l’opposant à la société d’assurance AXA-Gabon.

« Jusqu’ici la seule infraction qui a été rapportée à la HAC est le refus de divulgation des sources d’informations. Or, voilà maintenant que vos services requalifient l’affaire en diffamation. Ce qui contraint le journaliste à comparaître devant l’audience publique du tribunal de première instance de vendredi 1er mars à 8heures », a écrit avec étonnement M. Ntoutoume Nkoghé au Procureur de la République.

L’audience a finalement été renvoyée au 14 juin prochain. Le journaliste Brice Gotoa est poursuivi pour diffamation suite à un article intitulé : « AXA-Gabon : soupçons de fraude et de corruption à la direction commerciale ».

Copie de la lettre de la HAC au Procureur de la République © Gabonactu.com

Depuis trois mois, Brice Gotoa a été convoqué plusieurs fois à la Direction générale de recherches (DGR), une unité de la gendarmerie nationale. La HAC qui a pour entre autres missions de « protéger les communicateurs face à l’arbitraire, le harcèlement et les menaces de toutes natures », a décidé de défendre le confrère. Un des conseillers membres de la HAC a sollicité les services d’un avocat pour défendre le journalisme englué désormais dans une pression sans fin.

« Sans pour autant s’immiscer dans le secret de l’instruction, je veux attirer votre attention sur le fait que la requalification de l’infraction ne mentionne nullement les faits diffamatoires. Et si tel est le cas, le requérant aurait dû saisir la Haute autorité de la communication, organe de régulation en l’espèce. A ce qui semble, l’impression qui se dégage est qu’on veut maintenir le journaliste sous pression afin qu’il livre coûte que coûte ses sources. Ce qui serait contraire à la loi », a-t-il fait savoir, appelant au passage le ministère publique à la responsabilité.

Antoine Relaxe

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/harcelements-judicaires-journaliste-brice-gotoa-axa-hac-attire-lattention-procureur-de-republique">
Twitter