PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Guerre par procuration entre Maganga Moussavou et le journaliste Steeve Makanga

Guerre par procuration entre Maganga Moussavou et le journaliste Steeve Makanga

Pierre Claver Maganga Moussavou à son domicile © archives Gabonactu.com

Libreville, 30 juin (Gabonactu.com) – La vice-présidente du Parti social-démocrate (PSD), Albertine Maganga Moussavou a annoncé vendredi dernier dans un point de presse que son mari, Pierre Claver Maganga Moussavou, par ailleurs président du PSD attend sereinement son procès contre le journaliste Steeve Roméo Makanga à qui il réclame la coquette somme de 950 millions de FCFA pour dommages et intérêts.

Selon Mme Maganga Moussavou, une première audience a eu lieu le 26 juin dernier au tribunal de Libreville. La cour correctionnelle devant laquelle comparaissait le journaliste pour « outrage par voie de presse » a fixé le montant de la consignation à 20 millions de francs CFA payable par la victime.

Albertine Maganga Moussavou a annoncé lors du point de presse de vendredi que la totalité de la consignation a été versée au Trésor public.

Albertine Maganga Moussavou et Me Jean Paul Moumbembé © Gabonactu.com

Jean Paul Moumbembé, avocat de l’ancien vice-président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou, présent durant le point de presse de vendredi, a soutenu que le montant de cette consignation est exorbitant, loin des sommes exigées habituellement.

 

Règlement des comptes

 

A l’origine de cette affaire, un article du journaliste Steeve Roméo Makanga dans son média en ligne Kongossanews.info. Le journaliste accusait ouvertement le désormais ancien Vice-Président de la République d’être impliqué dans le scandale relatif à la disparition de 353 containers de Kevazingo, bois rare, millénaire et très précieux interdit d’exploitation. Kongossanews affirmait que Manganga Moussavou est un chef de gang. Ce dernier a été aussitôt limogé de son poste en compagnie du ministre de la Forêt, Guy Bertrand Mapangou.

Pierre Claver Maganga Moussavou assigne le journaliste en justice le 17 juin dernier pour « outrage par voie de presse » et exige 950 millions de francs CFA de dommages et intérêts. Son épouse a insisté vendredi que son époux ira jusqu’au bout de la procédure. Objectif : laver son honneur et restaurer son image froissée dans cette rocambolesque affaire.

Un observateur de la vie publique gabonaise sent par contre une mauvaise odeur dans cette affaire. S’exprimant sous couvert d’anonymat, l’observateur pointe une guerre par procuration entre Pierre Claver Maganga Moussavou et Steeve Roméo Makanga.

Le journaliste ne serait qu’un bouc-émissaire utilisé pour solder des comptes mal ficelés. La présidence de la République se serait servi de lui pour chasser Maganga Moussavou du palais. Maganga Moussavou de son côté cherche à retourner la même arme contre son propriétaire pour se faire payer une espèce de « services rendus » à la République.

« L’issue du procès ne sera autre qu’un rapport de force », affirme avec conviction l’observateur qui fait constater que l’ancien Vice-président de la République n’est pas « si fou pour réclamer une telle somme à un pauvre journaliste ».

Camille Boussoughou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin EscortWP Theme

live tv

eskişehir escortsefamerveankara escort
escort99.com