PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Gestion du port d’Owendo par Bolloré : Pourquoi l’Etat ne commande pas un audit ? (libre propos)

Gestion du port d’Owendo par Bolloré : Pourquoi l’Etat ne commande pas un audit ? (libre propos)

Vue partielle du Port d’Owendo @ Gabonactu.com

Libreville, 30 mai (Gabonactu.com) – Dans un libre propos parvenu à la rédaction de Gabonactu.com, un opérateur économique gabonais accuse le groupe français Bolloré de n’avoir pas respecté son cahier de charges dix ans après sa gestion du port d’Owendo. L’auteur accuse Bolloré de s’enrichir sur le dos des gabonais et de contribuer largement à la vie chère dans le pays.

 

En 2007, l’Etat gabonais confiait la gestion du port d’Owendo au groupe Bolloré, avec pour objectif d’en faire le premier port commercial de la sous-région. Dix ans plus tard, Bolloré n’a pas respecté son engagement, malgré tous les bénéfices que le groupe français engrange chaque année. Une question taraude alors les esprits, pourquoi l’Etat ne commande t-il pas un audit du port d’Owendo ?

Rien ne semble perturber la quiétude de Bolloré au Gabon, mieux le groupe français reste droit dans ses bottes malgré les nombreuses récriminations qui fusent de part et d’autre. A l’origine, certains expliquent cela par le mutisme de l’Etat, qui aurait dû lancer un audit du port d’Owendo au regard de nombreuses critiques qui accablent Bolloré.

Pis, malgré la montée au créneau des opérateurs économiques, des associations des consommateurs,  des populations, qui se sentent floués et abandonnés, l’Etat reste silencieux.

Existerait-il des complicités au sommet de l’Etat qui protégeraient les intérêts de Bolloré au Gabon, au point de ne rien faire pour commander un audit du port d’Owendo ou de revenir sur les clauses de la concession octroyée au groupe français.

Il semble que ce silence de l’Etat s’expliquerait par des dessous de tables, entre l’Etat et Bolloré lors de la signature du contrat de concession du port d’Owendo.

Car rien ne justifie le mutisme de l’Etat pour expliquer une telle faiblesse à commander un audit du port d’Owendo.

Surtout que dans le domaine des hydrocarbures, en 2014, l’Etat avait tapé du poing sur la table, en faisant une refonte du code des hydrocarbures qui étaient en sa défaveur face aux majors pétroliers.

Il était allé même plus loin, en appliquant un redressement fiscal chiffré à des dizaine de milliards de FCFA au groupe Total, partenaire historique du Gabon. D’autres compagnies pétrolières installées au Gabon avaient subi le même traitement plus tard.

 

 

Alors pourquoi lorsqu’il s’agit de Bolloré, qui ne respecte pas les clauses de la concession du port  d’Owendo et contribue largement à l’inflation, l’Etat est silencieux, voir complice ?

A moins que certaines personnalités tapis au sommet de l’Etat voient d’un mauvais œil une telle opération par peur d’être rattrapé par des ennuis judiciaires, et manœuvrent donc dans l’ombre pour que Bolloré ne soit pas dérangé par un audit.

 

NB : les pages de Gabonactu.com sont également ouvertes au groupe Bolloré pour des éclaircissements ou autres formes de communication pour équilibrer les informations.

 

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/gestion-port-dowendo-bollore-letat-ne-commande-audit-libre-propos">
Twitter