PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Gérard Ella Nguéma interpellé pour des raisons politiques

Gérard Ella Nguéma interpellé pour des raisons politiques

Gérard Ella Nguéma (centre) le 7 juillet dernier lors de la déclaration à l’origine de ses soucis © archives Gabonactu.com

Libreville, 15 juillet (Gabonactu.com) – Gérard Ella Nguéma, le président du Front patriotique gabonais (FPG), a été cueilli lundi matin par des agents de la police judiciaire pour des raisons politiques, a confié à Gabonactu.com un de ses proches.

Il y a une semaine, le jeune leader, dont le positionnement politique est un peu ambigu, a fait une sortie tonitruante. Il a lu une déclaration dans laquelle il s’en est violemment pris aux collaborateurs du président Ali Bongo, les accusant de profiter de son état de santé pour diriger le pays par procuration.


Gérard Ella Nguéma a clairement indexé Brice Laccruche Alihanga,  le directeur de cabinet du président de la République, la première dame, Sylvia Bongo, et la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo.

« Seul le président de la République, bien élu ou mal élu, est comptable de la gestion du Gabon », a-t-il rappelé. « Lors de la dernière élection présidentielle, il était seul candidat. Il n’y avait ni directeur de cabinet, ni première dame, ni enfant car au Gabon l’élection présidentielle est uninominale », avait-il poursuivi.

Gérard Ella Nguéma a suggéré au président de la République d’organiser une élection présidentielle anticipée pour son remplacement à la tête de l’Etat.

« Il n’est pas question que des caméléons, des tortues à double carapace, des personnes aux ambitions démesurées se servent de la maladie du chef pour le manipuler et l’utiliser à des fins personnelles », avait-il martelé devant la presse et ses militants.

« Il y a trop de rivalités et de frustrations entre les clans », avait révélé Gérard Ella Nguema, craignant pour l’avenir du Gabon.

Le président du FPG a accusé Brice Laccruche Alihanga d’avoir placé à des postes juteux, parents et amis incompétents. Au passage, il a dénoncé l’improvisation et l’amateurisme. Il a appelé les Gabonais à barrer la route à l’imposture en participant à des marches pacifiques tous les mercredis sur les trottoirs de la capitale.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn