PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Gabon : les détenus désormais sous surveillance vidéo 24H/24

Gabon : les détenus désormais sous surveillance vidéo 24H/24

Une vue de la prison centrale de Libreville © Gabonactu.com

Libreville, 9 juillet (Gabonactu.com) – Les détenus de la prison centrale de Libreville aussi connue sous les petits noms « sans famille » ou « Gros bouquet » sont désormais placés sous surveillance vidéo 24 heures sur 24 et les communications téléphoniques dorénavant brouillées dans les cellules de détention, a indiqué mardi le ministre de la Justice Edgard Anicet Mboumbou Miyakou.

Numéro 2 du gouvernement gabonais, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou a effectué mardi une nouvelle descente à Sans famille pour s’assurer de l’opérationnalité des nouveaux investissements consentis par l’Etat pour améliorer la sécurité dans ce milieu carcéral.

Vue de la nouvelle barrière  © Gabonactu.com

Le ministre, accompagné du commandant en chef de la prison centrale et son staff a tour à tour visité le nouveau mur surmonté des barbelés et le nouveau groupe électrogène pour éclairer tout le complexe en cas de coupure d’électricité.

Edgard Anicet Mboumbou Miyakou s’est longuement arrêté dans la salle de visionnage des images captées par les nombreuses caméras du dispositif de la vidéo surveillance de la prison.

Les caméras ne sont pas placées dans les cellules pour respecter l’intimité des détenus. Elles sont par contre omniprésentes de l’entrée principale jusqu’à l’arrière cours du complexe en passant par les principaux couloirs de circulation et certaines salles communes comme le parloir.

En cas d’incident, le personnel de surveillance dispose d’un bouton rouge à actionner pour déclencher l’alarme ou l’alerte générale.

Autre innovation, le brouillage des communications téléphoniques depuis les cellules. Le ministre a affirmé avoir opté pour cette solution afin de mettre fin à l’introduction massive des téléphones portables dans ce milieu carcéral au mépris de la loi.

Edgard Anicet Mboumbou Miyakou devant les écrans de la vidéosurveillance  © Gabonactu.com

« Plusieurs braquages dans les quartiers de Libreville étaient téléguidés par les détenus depuis la prison centrale », a révélé le ministre qui a assuré par contre vouloir davantage humaniser ce haut lieu de la détention au Gabon.

Un plan d’investissement d’une durée de 3 ans a été mis en place pour faire bouger les lignes dans Sans famille connu aussi comme l’un des coins par excellence de circulation de la drogue et autres stupéfiants.

Lors d’une dernière fouille, des drogues, des téléphones portables et des armes blanches avaient été trouvé dans les cellules.

Construite à l’époque coloniale pour 300 personnes, la prison centrale de Libreville est surchargée avec près de 2000 détenus. Mainte fois évoquée, la construction d’une nouvelle prison moderne peine à voir le jour.

« Nous sommes à la recherche des Partenariats publics et privés (PPP) pour construire cette nouvelle prison », a indiqué le ministre.

Carl Nsitou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

1 Commentaire

  1. xxxxxxxxxx

    Dépense inutile car, ce sont les agents du pénitencier sans salaire depuis 3 ans qui managent toute cette mafia et ,ils savent déjà comment le dispositif sera contourner pour la continuité de leur banditisme.
    Sinon comment les prisonniers trouvent t-ils téléphone portable et pouvoir le charger , l’alcool,les drogues , les armes et tout ça là ?.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter